Dunkerque : un policier sérieusement brûlé lors d'une interpellation

  • A
  • A
Dunkerque : un policier sérieusement brûlé lors d'une interpellation
@ Photo d'illustration. BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

INFO E1 - Alors qu'il tentait d'arrêter un homme incendiant des véhicules, le policier a été sévèrement brûlé, lundi soir, à Dunkerque.

L'info. Un policier de 46 ans a été sévèrement brûlé, lundi soir, dans les rues de Dunkerque, dans le Nord, selon nos informations. Alors que les policiers tentaient d'interpeller en flagrant délit un homme qui incendiait des voitures, le suspect a projeté du liquide inflammable puis a "brandi un briquet et enflammé l'un d'entre eux", a déclaré le procureur de Dunkerque, Eric Fouard.

>> Mise à jour du 15 avril : Le suspect a été mis en examen, mercredi, du chef de "tentative d'homicide volontaire sur agent de la force publique", mais également pour "dégradation par incendie d'un véhicule, détention de stupéfiants et dégradation de biens d'autrui", a-t-on appris auprès du parquet de Dunkerque.Il a été placé en détention provisoire.

Le suspect s'était caché derrière une cabine de plage, sur la digue de Malo-les-Bains, avec, semble-t-il, l'idée de tendre un piège aux policiers à sa poursuite. Car au moment de leur passage, il les a copieusement aspergés d'essence. L'un d'eux a été hospitalisé dans un état grave, mais son pronostic vital n'est pas engagé. Ayant été brûlé au troisième degré sur le bras et au deuxième sur le visage, il devrait être transféré, mardi après-midi, au centre des grands brûlés de l'hôpital de Lille. L'un de ses coéquipiers a également été blessé, mais plus légèrement.

Déjà connu des services de police pour des braquages et des violences, l'agresseur, âgé d'une trentaine d'années, a été placé en garde à vue. Une enquête a été ouverte pour tentative d'assassinat.

Des violences "inacceptables". Mardi matin, Bernard Cazeneuve qui était l'invité de Jean-Pierre Elkkabach sur Europe 1 a fait part de son "indignation", soulignant que "ces violences dont sont victimes les forces de l'ordre qui assurent la protection des Français" sont "inacceptables". Face à de tels actes, le ministre de l'Intérieur a appelé à "la plus grande sévérité", rappelant notamment qu'un policier avait été mortellement renversé, il y a trois jours dans l'Aveyron, après qu'un véhicule a refusé de se soustraire à un contrôle routier.