Dunkerque : cinq policiers de la BAC accusés de vols

  • A
  • A
Dunkerque : cinq policiers de la BAC accusés de vols
@ AFP
Partagez sur :

Les fonctionnaires sont soupçonnés de s'être servis dans les marchandises abandonnées par des cambrioleurs.

Ce sont de petits vols d'appareils électroniques qui pourraient coûter cher à cinq policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) de Dunkerque, dans le Nord. Les deux fonctionnaires, placés en garde à vue mardi, ont été mis en examen jeudi pour "recel de vol aggravé". Ils sont suspectés d'avoir pioché dans le butin de cambrioleurs, rapportent iTELE et la Voix du Nord.  

Des vols lors d'opérations de police. Les faits reprochés remontent à 2011, mais auraient été révélés tardivement par un proche de l'entourage d'un des policiers. Le parquet a saisi l'IGPN, "la police des polices", il y a quelques mois. La justice soupçonne ces fonctionnaires de s'être servis dans les marchandises lors d'opérations sur des cambriolages.

A leur arrivée sur les lieux du casse, les fonctionnaires récupéraient les biens restants. Un de ces vols aurait eu lieu dans un camion de Fret, selon iTELE. La Voix du Nord évoque pour sa part des commerces. Un objet volé au cours de ces interventions aurait été retrouvé chez un des policiers mis en cause.

"On ne peut pas tolérer de tels agissements". "Ce ne sont pas des faits d’une grande ampleur. Il s’agit de petit matériel hi-fi. Mais venant de policiers, on ne peut pas tolérer de tels agissements. C’est vraiment malheureux de risquer sa carrière pour si peu", a commenté le procureur de Dunkerque, Éric Fouard, dans les colonnes du quotidien régional. Certains des policiers mis en cause dans ce dossier n'officient plus au sein de la brigade.


 Les BAC dans l'œil du cyclone

Cette affaire vient en tout cas une nouvelle fois placer une brigade anti-criminalité dans la tourmente. En mars dernier,  cinq "bacmen" de Stains, en Seine-Saint-Denis avaient été mis en examen, l'un, écroué, pour "association de malfaiteurs en vue de se livrer au trafic de stupéfiants", les autres pour "faux" et "vol". On se souvient également de l'affaire de la BAC nord à Marseille, survenue en 2013, sur fond de soupçons de corruption.