Dodo la Saumure dénonce "une affaire purement politique"

  • A
  • A
Dodo la Saumure dénonce "une affaire purement politique"
@ AFP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - Dominique Alderweireld, dit Dodo la Saumure, l'un des prévenus du dossier du Carlton, à Lille, est convaincu d'avoir été le pion d'une machination visant Dominique Strauss-Kahn. 

C’est l’un des prévenus les plus hauts en couleur, parmi les quatorze qui comparaîtront dès lundi, devant le tribunal correctionnel Lille. Soupçonné de proxénétisme aggravé, Dominique Alderweireld, plus connu sous le pseudo de Dodo la Saumure, estime que l’on s’est servi de lui pour faire tomber Dominique Strauss-Kahn.

Suivez le procès minute par minute en compagnie de notre journaliste Chloé Triomphe depuis Lille > pour suivre le direct, rendez-vous sur son fil Twitter (cliquez ici)

Proxénète de nationalité française, Dodo la Saumure possède plusieurs établissements de prostitution en Belgique le long de la frontière française, dont la fameuse maison de plaisir "DSK", le Dodo Sex Klub, lancée en avril 2014. La justice lui reproche d'avoir envoyé depuis ce pays des prostituées dans la région lilloise, ainsi qu'à Paris et aux États-Unis.

>> LIRE AUSSI - Affaire du Carlton : DSK et 13 prévenus devant la justice

"Une affaire purement politique". Mais Dodo la Saumure est convaincu d'avoir été un pion pour faire tomber DSK : "Quand René était sur écoute ou moi, je ne sais pas, c’était le jackpot pour eux. L’ampleur, je l’imaginais, car c’était une affaire purement politique. Il fallait faire tomber Monsieur DSK, point final. C’était prévu de faire sortir dans la presse ses mœurs afin de le faire tomber. Et là, ils sont tombés sur le jackpot". "On s’est servi de moi, certainement", conclut, auprès d'Europe 1, le proxénète qui comparaît aux côtés de sa compagne, Béatrice Legrain, suspectée des mêmes faits.

>> LIRE AUSSI - Strauss-Kahn, "le roi de la fête"

"Ce n'était pas son problème de savoir si elles étaient payées". "Je pense qu’il avait autre chose à faire que d’organiser des soirée", indique cette femme à propos de Dominique Strauss Kahn. La partenaire à la ville et en affaires de Dodo la Saumure avait de son côté indiqué avoir accompagné une prostituée à un rendez-vous libertin, à Paris, auquel participait l'ex-patron du FMI. "Ce n’était pas son problème de savoir si elles étaient payées ou pas. Vous savez, les filles qui se rendent dans ces soirées-là,  ce n’est pas dans l’intérêt de dire si elles sont payées ou pas. Les filles n’en parlent pas, ça ne se passe pas comme ça, on ne dit pas ça. Je n’ai pas le souvenir qu’on en ait parlé", poursuit-elle. 

>> LIRE AUSSI - Carlton : deux prostituées racontent

C'est d'ailleurs cette ligne de défense qui est adoptée par Dominique Strauss-Kahn depuis le début de la sulfureuse affaire. Egalement jugé pour proxénétisme aggravé, l'ancien homme politique affirme en effet qu'il ne savait pas que les jeunes femmes présentes lors des soirées libertines étaient des prostituées.