Dix interpellations pendant la nuit en Seine-Saint-Denis, le commissariat des Ulis caillassé

  • A
  • A
Dix interpellations pendant la nuit en Seine-Saint-Denis, le commissariat des Ulis caillassé
Les interpellations se succèdent en Seine-Saint-Denis après une semaine de heurts.@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

Dix interpellations ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi pour des violences urbaines en Seine-Saint-Denis. Le commissariat des Ulis a aussi la cible de casseurs. 

La préfecture de police de Paris a annoncé que dix personnes ont été interpellées dans la nuit de dimanche à lundi en Seine-Saint-Denis pour des violences urbaines.

Cinquante jeunes venus de la commune voisine. Ces arrestations ont toutes eu lieu dans la commune de Drancy, a précisé une source policière. "Un groupe d'une cinquantaine de jeunes du Blanc-Mesnil (commune voisine) sont allés à Drancy avec des barres de fer. Ils ont cassé sept voitures et la vitre d'une crèche a été brisée d'un coup de marteau", a ajouté cette source, notant que les interpellés étaient tous mineurs.

La police des Ulis visée. Au même moment, ce sont des affrontements entre policiers et groupes de casseurs qui ont eu lieu aux Ulis (Essonne). Selon BFMTV, une voiture de police a été la cible de jets de projectiles, avant de rentrer au commissariat pour changer de véhicule.

Des cocktails Molotov ainsi que des pavés ont alors été lancés par les casseurs en direction du bâtiment. Les policiers ont répliqués avec des gaz lacrymogènes et des tirs de flashball. Après avoir quitté le commissariat, le groupe de jeunes a dégradé du mobilier urbain (abri de bus, vitrines). Des voitures stationnées ont été incendiées et la mairie a également été caillassée, relate la chaîne d'infos en continu.

Déjà onze personnes interpellées dimanche à Argenteuil. La veille, onze personnes, dont huit mineurs, avaient été interpellées à Argenteuil dans le Val-d'Oise après des heurts avec les forces de l'ordre, l'incendie d'un véhicule et le caillassage d'un bus, avait indiqué la préfecture du département.

Samedi, une manifestation à Bobigny de soutien à Théo, jeune homme noir de 22 ans victime d'un viol présumé lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois le 2 février, avait laissé place à de nombreuses dégradations. Trente-sept personnes avaient été interpellées en Seine-Saint-Denis dans les heures qui avaient suivi. Des scènes de violences urbaines se produisent, chaque nuit, depuis une semaine dans plusieurs villes de Seine-Saint-Denis.