Disparition inquiétante à Nantes : en garde à vue, ils avouent avoir jeté l'homme dans la Loire

  • A
  • A
Disparition inquiétante à Nantes : en garde à vue, ils avouent avoir jeté l'homme dans la Loire
Les cinq prévenus ont reconnu avoir jeté le corps du disparu dans la Loire.@ FRANK PERRY / AFP
Partagez sur :

Cinq personnes ont reconnu en garde à vue samedi à Nantes avoir étranglé Romain Barré, disparu fin septembre, et avoir jeté son corps dans la Loire.

Ils ont tout avoué. Plusieurs suspects placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la disparition il y a dix jours à Nantes de Romain Barré, 38 ans, ont avoué l'avoir étranglé, avant de jeter son corps dans la Loire, a-t-on appris samedi auprès du procureur. Romain Barré, agent immobilier à Nantes, "aurait été tué le soir de sa disparition", dans la nuit du 27 au 28 septembre, "et son corps aurait été jeté dans la Loire", a déclaré Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes. 

Clarifier le rôle de chacun. "C'est la version retenue qui résulte des auditions" de cinq personnes, quatre hommes et une femme, placées en garde à vue depuis vendredi dans le cadre de cette enquête menée par la police judiciaire de Nantes, a précisé le procureur. Les gardes à vue de ces cinq personnes ont été prolongées samedi et leurs auditions vont se poursuivre jusqu'à dimanche, avant leur déferrement au parquet de Nantes pour "clarifier le rôle de chacun", toutes n'étant "pas impliquées au même degré", a souligné Pierre Sennès.

Tentative de vol de sa voiture. Romain Barré avait été vu pour la dernière fois le 28 septembre vers 01h, alors qu'il sortait d'un restaurant du centre de Nantes. Il se serait assoupi au volant et aurait été tué par strangulation lors d'une tentative de vol de son véhicule, selon le magistrat. Le corps de la victime n'avait pas été retrouvé samedi soir, a-t-il indiqué. Son véhicule avait quant à lui été découvert dimanche, trois jours après le signalement de sa disparition par sa compagne, à Bouguenais, une commune voisine au sud de Nantes.