Deux frères d'Adama Traoré en garde à vue pour "outrages" et "violences"

  • A
  • A
Deux frères d'Adama Traoré en garde à vue pour "outrages" et "violences"
Le 17 novembre dernier, des heurts avaient éclaté près de l'hôtel de ville, puis dans le quartier de Boyenval. Image d'illustration. @ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Ils ont été interpellés suite à des heurts survenus le 17 novembre dernier à Beaumont-sur-Oise. 

Deux frères d'Adama Traoré ont été placés en garde à vue mardi pour "outrages" et "violences" suite aux heurts survenus le 17 novembre en marge du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise dans le Val-d'Oise, a indiqué le parquet de Pontoise.

Garde à vue prolongée. Leur garde à vue a été prolongée de 24h mardi soir, a précisé le parquet, confirmant une information du Parisien. Les deux frères, majeurs, ont été interpellés suite aux échauffourées qui avaient éclaté jeudi près de l'hôtel de ville, puis dans le quartier de Boyenval, où vit une partie de la famille du jeune homme mort lors d'une interpellation.

Une maire impartiale selon la famille. Ce jour-là, plusieurs dizaines de personnes avaient voulu assister au conseil municipal, qui devait se prononcer sur la prise en charge des frais de justice de la maire, Nathalie Groux, régulièrement mise en cause par la famille Traoré, qui lui reproche notamment de mépriser sa douleur et de s'être rangée du côté des forces de l'ordre dans cette affaire. Le conseil municipal avait dû être annulé. 

Encore un conseil municipal annulé mardi. Mardi, la municipalité avait à nouveau décidé d'annuler son conseil municipal, estimant trop élevé le risque de confrontation avec les soutiens de la famille Traoré, qui avaient appelé à un rassemblement devant la mairie. Ce rassemblement d'une centaine de personnes s'est déroulé dans le calme mardi soir, en présence d'une centaine de personnes qui ont allumé des bougies formant les mots "Justice" et "Adama". Qualifiée de "bavure" policière par son entourage, la mort le 19 juillet d'Adama Traoré avait entraîné plusieurs nuits de violences à Beaumont-sur-Oise, d'où il était originaire, et dans les communes alentours.