"Des minots gagnent plus que nous"

  • A
  • A
"Des minots gagnent plus que nous"
Un policier marseillais dit comprendre le dérapage de ses collègues, mais ne le cautionne pas.@ MAX PPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - A Marseille, un policier raconte la difficulté du travail au quotidien.

Entre le traumatisme causé par l'affaire et les consignes de silence, les témoignages de policiers marseillais sont rares. Europe 1 a pu rencontrer l'un d'eux. Et s'il ne cautionne pas l'attitude des policiers de la Bac nord mis en examen dans un dossier de racket présumé, il dit comprendre ce qui a pu les mener à ce dérapage.

"Ils foutent rien et ils gagnent mieux leur vie que nous"

"Je ne dis pas que je l'aurais fait, mais je me mets à la place des collègues : on a tous les jours sous le nez des minots de 20 ans qui gagnent mieux leur vie que nous, en étant "chouf" [guetteur, ndlr]", explique ce policier. "Ils ne paient pas d'impôts, ils ne bossent pas, ils foutent rien et ils gagnent mieux leur vie que nous", s'emporte-t-il.

Une différence de niveau de vie qui a pu pousser certains policiers à racketter des voyous. "A force de se monter le mou dans les voitures, parce qu'on passe quand même huit heures ensemble dans les bagnoles, on peut arriver à y penser", juge ce fonctionnaire. Mais pour lui, "de là à le faire, il faut franchir un cap. Il faut garder une ligne de conduite", estime-t-il. "Il faut garder à l'idée que c'est une minorité" qui a dérapé, rappelle-t-il.

>> A lire aussi : Ce qui est reproché à la BAC de Marseille

"On a déjà eu des réflexions dans la rue

Depuis que l'affaire a éclaté, ce policier assure que les réflexions à l'encontre des fonctionnaires sur le terrain se multiplient. "Pas plus tard qu'il y a quelques heures, on a déjà eu des réflexions en passant dans la rue. 'Les ripoux', ça y est, c'est d'actualité", regrette-t-il.

Pour autant, cette affaire ne lui a pas fait passer l'envie de faire son travail correctement. Mais il regrette le manque de moyens alloués à la police. "Quand on interpelle un vendeur, dans la foulée y en a un autre", assure-t-il. "Les cités fonctionnent comme une agence d'intérim. Ils se pointent le matin en disant : 'aujourd'hui moi je peux travailler', 'toi tu seras chouf à tel endroit, tu vas gagner tant aujourd'hui'. C'est du travail temporaire", ironise-t-il.