Démantèlement d'un réseau de pickpockets qui sévissait à Disneyland

  • A
  • A
Démantèlement d'un réseau de pickpockets qui sévissait à Disneyland
Ce réseau sévissait plus particulièrement à Disneyland et dans les transports.@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Dix-huit personnes ont été interpellées mardi simultanément en Seine-Saint-Denis et en Roumanie.

C'est un coup de filet exceptionnel. Dix-huit personnes ont été interpellées mardi simultanément en Seine-Saint-Denis et en Roumanie lors du démantèlement d'un vaste réseau de pickpockets. Ce réseau ciblait des touristes en région parisienne, et utilisaient des enfants. Au terme de sept mois d'enquête, "il a été procédé au démantèlement d'un groupe criminel organisé itinérant à bases clanique et familiale, ayant opéré un millier de vols à la tire au détriment, principalement, de touristes et de voyageurs dans les zones touristiques et dans les transports en commun en région parisienne", a annoncé l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) dans un communiqué. 

Un million d'euros. Selon les enquêteurs, le préjudice, "constitué de numéraire et de biens type portefeuilles ou téléphones mobiles", est estimé à un million d'euros.

Des voleurs de 7 ou 8 ans. "Ce réseau sévissait plus particulièrement à Disneyland, en Seine-et-Marne, et dans les transports" desservant le plus grand parc d'attraction d'Europe, a expliqué une source proche de l'enquête. La plupart des voleurs avaient 7 ou 8 ans, élevés, formés aux techniques de vol à la tire et devenus des virtuoses dans l'art de dérober des portefeuilles ou des smartphones. Le plus "performant" réussissait à voler jusqu'à 10.000 euros par jour ! Ceux qui ne volaient pas assez étaient frappés, maltraités par les grands frères ou même les parents qui les exploitent.

Garde à vue. Au total, douze personnes ont été arrêtées en Seine-Saint-Denis, sur les communes du Bourget, d'Aulnay-sous-Bois, de Pantin et d'Aubervilliers, et six dans la ville de Craiova en Roumanie. Les enquêteurs sont intervenus dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en septembre pour "vols en bande organisée, recels de vols en bande organisée, traite des êtres humains et blanchiment d'argent". Placés en garde à vue, les douze interpellés en France ne devraient pas être déférés avant vendredi, selon une source judiciaire. "C'est un système clanique très organisé qui génère des sommes très importantes. En outre, cela crée un effet désastreux sur l'image de la France et cela porte atteinte à l'économie touristique", a confié cette source.