Décès d'une blogueuse : mise en garde sur certains siphons culinaires défectueux

  • A
  • A
Décès d'une blogueuse : mise en garde sur certains siphons culinaires défectueux
Une blogueuse connue est décédée suite à la suite de l'explosion d'un siphon à chantilly, mercredi. @ DR
Partagez sur :

La DGCCRF a déjà procédé au retrait de plus de 200.000 siphons défectueux. 

La DGCCRF (la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes) a mis en garde jeudi contre les dangers de certains siphons culinaires défectueux, après la mort d'une blogueuse connue à la suite de l'explosion d'un siphon à chantilly.

Les appareils défectueux "ont été achetés entre 2010 et 2013". "Depuis 2010, plusieurs modèles de siphons culinaires ont causé des accidents domestiques graves dus à leur explosion, soit lors à la première utilisation, soit après plusieurs années d'utilisation", indique la DGCCRF dans un communiqué. "L'explosion propulse des éclats à grande vitesse pouvant occasionner des blessures graves notamment aux mains, au thorax ou au visage", ajoute t-elle. "Dans la grande majorité de ces accidents, les appareils défectueux sont constitués d'une tête en matière plastique et d'un corps en aluminium et ont été achetés entre 2010 et 2013", selon la DGCCRF. La DGCCRF a déjà procédé au retrait de plus de 200.000 siphons défectueux.

Une enquête ouverte. Une femme de 33 ans, blogueuse connue dans le monde du fitness, est morte peu après l'explosion samedi de la partie supérieure d'un siphon à crème chantilly qu'elle manipulait. Une enquête de gendarmerie a été ouverte. Après ce décès, la répression des fraudes invite les consommateurs "à s'assurer que les produits qu'ils détiennent n'ont pas fait l'objet d'un rappel et d'un retrait du marché", en contactant le vendeur. Elle recommande même de cesser d'utiliser tout appareil de ce type qui "ne porterait aucune identification et serait constitué d'un corps en aluminium et d'une tête en matière plastique". Les professionnels sont invités pour leur part à vérifier que les produits qu'ils commercialisent ne figurent pas dans la liste des produits défectueux déjà identifiés par la DGCCRF.