Crash de l'A320 : "le deuil est partagé par toute la France"

  • A
  • A
Crash de l'A320 : "le deuil est partagé par toute la France"
@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L'ambassadrice de l'Allemagne en France, Suzanne Wasum-Rainer, était l'invitée d'Europe 1 jeudi.

Le crash d'un A320 mardi dans les Alpes françaises avec 150 personnes à son bord n'a fait aucun survivant. Alors qu'au moins 72 Allemands étaient présents dans cet appareil de la compagnie Germanwings, Europe 1 a pu interroger jeudi Suzanne Wasum-Rainer, l'ambassadrice de l'Allemagne en France, en direct de Digne. 

Un pilote coincé en-dehors du cockpit ? Selon des informations du New-York Times et de l'AFP, lors du crash, un des deux pilotes était coincé en-dehors du cockpit avec l'impossibilité d'y pénétrer. "En tant qu'ambassadrice, je ne suis pas en mesure de confirmer ces informations et je demande votre compréhension pour ça", avance Suzanne Wasum-Rainer. Au sujet de la nationalité des deux pilotes, l'ambassadrice dit ne rien savoir mais elle rappelle cependant qu'ils parlaient allemand sur les bandes d'enregistrement. 



Suzanne Wasum-Rainer : "La victoire allemande...par Europe1fr

L'Allemagne reconnaissante. "C'est un drame, un véritable drame cet accident d'avion", estime-t-elle, ajoutant que la chancelière Angela Merkel mais aussi des millions d'Allemands se disent "très reconnaissants" envers la France et la nation française "pour le soutien psychologique, l'accueil, tous les experts". L'ambassadrice souligne aussi "l'énorme efficacité, l'énorme professionnalisme qui se passe ici en France". 

La chancelière lors de sa visite des lieux du crash "a été très émue", notamment par les villages situés près du massif des Trois-Évêchés qui sont prêts "à soutenir et à accueillir les familles des victimes". "Le deuil est partagé par toute la France dans cette tragédie", ajoute-t-elle. L'ambassadrice elle-même a ressenti sur place "une énorme tristesse". En tant que "mère", elle se dit par ailleurs touchée par "tout un groupe d'une école" qui "est mort". "Je partage le deuil de mes compatriotes".

"Accompagner les familles". Suzanne Wasum-Rainer est activement mobilisée avec les équipes de l'ambassade allemande mais aussi par celles du consulat de Marseille et de Strasbourg. L'objectif est d'"accueillir les familles, de préparer aussi l'arrivée d'experts qui vont travailler avec les experts français".

Les membres de l'ambassade allemande vont essayer de donner "un maximum d'informations" aux proches des victimes mais aussi de "les accompagner dans les formalités" administratives pour "faciliter leur situation", explique Suzanne Wasum-Rainer. Selon elle, "la présence est un travail extrêmement important".

>> LIRE AUSSI - Un des pilotes était coincé à l'extérieur du cockpit 

>> LIRE AUSSI - Comment travaillent les enquêteurs ?

>> LIRE AUSSI - Aviation : pourquoi l'avis du BEA compte tant ?

>> LIRE AUSSI - Ce que révèlent les boîtes noires