Paul Giacobbi, l'homme fort de la Corse, mis en examen pour détournements de fonds publics

  • A
  • A
Paul Giacobbi, l'homme fort de la Corse, mis en examen pour détournements de fonds publics
Le député et président du conseil exécutif de Corse, Paul Giacobbi . @ AFP
Partagez sur :

Le président du Conseil exécutif de Corse était entendu depuis mardi matin au palais de justice de Bastia dans l'affaire dite "des gîtes ruraux".

Le député radical de gauche et président du conseil exécutif de Corse, Paul Giacobbi, a été mis en examen mardi soir pour détournement de fonds publics entre 2007 et 2010 alors qu'il était président du conseil général de Haute-Corse. Paul Giacobbi, 58 ans, est soupçonné d'avoir participé à ce détournement de fonds publics d'un montant total de 500.000 euros dans le cadre de l'affaire dite de la rénovation des gîtes ruraux, pour laquelle 16 autres personnes ont déjà été auparavant mises en examen. 

Pas de déclaration. Paul Giacobbi, qui n'avait jamais été entendu dans cette affaire jusqu'alors, a été interrogé pendant près de treize heures par les deux juges d'instruction du pôle économique et financier de Bastia chargés de ce dossier. Il est sorti par une porte dérobée du palais de justice, attendu par son chauffeur et un garde du corps, sans faire de déclaration. Son avocat ne s'est pas exprimé non plus.

Des fonds destinés à rénover des gîtes ruraux. Selon le procureur de Bastia Nicolas Bessone, "d'autres mises en examen pourraient intervenir prochainement" dans cette enquête. Parmi les 16 autres personnes mises en examen, figurent douze bénéficiaires présumés et quatre fonctionnaires. La justice soupçonne que ces fonds destinés à la rénovation des gîtes ruraux ont été utilisés à d'autres fins, notamment à la construction ou l'amélioration de maisons individuelles.

Jamais inquiété par la justice. Des perquisitions avaient été effectuées le 15 juin aux sièges de la Collectivité territoriale de Corse (CTC), à Ajaccio, et du Conseil départemental de Haute-Corse à Bastia dans le cadre d'enquêtes sur des emplois fictifs supposés et des soupçons de détournements de fonds publics. Plusieurs enquêtes ont été conduites depuis 2010 au conseil départemental, ex-conseil général, dirigé jusqu'alors par Paul Giacobbi, qui n'a jamais été inquiété par la justice.