Corse : l'avocat blessé par balles a été entendu dans le dossier Sollacaro

  • A
  • A
Corse : l'avocat blessé par balles a été entendu dans le dossier Sollacaro
@ AFP
Partagez sur :

Jean-Michel Mariaggi a été la cible d'un tireur alors qu'il se trouvait au volant de sa voiture, sur une route à la sortie d'Ajaccio. 

INFO EUROPE 1

L'avocat corse, Jean-Michel Mariaggi, blessé par balles jeudi soir à la sortie d'Ajaccio, avait été entendu récemment dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'avocat Antoine Sollacaro, selon les informations recueillies par Europe 1. Touché au bras, il a été hospitalisé dès jeudi soir. Ses jours ne sont pas en danger mais il risque toutefois de perdre sa main, voir son bras gauche. 

Il se savait menacé depuis cet assassinat. Selon nos informations, Jean-Michel Mariaggi se savait menacé depuis l’assassinat d'Antoine Sollacaro. L'ancien bâtonnier d'Ajaccio avait été abattu en octobre 2012 de plusieurs balles dans la tête alors qu'il se trouvait au volant de sa voiture à une station service sur la route des îles Sanguinaires entre son domicile et le centre-ville d'Ajaccio. 

Du fait de ces menaces, une protection policière avait été proposée à Me Mariaggi mais ce dernier l'avait refusée, préférant une protection privée. Cette mesure de sécurité avait été levée il y a quelques mois. 

Une voiture qui le dépasse et des coups de feu. jeudi, les faits sont produits peu après 19 heures. Jean-Michel Mariaggi a été visé par les occupants d'une voiture qui l'a dépassé alors qu'il circulait sur une départementale entre Ajaccio et Ucciani, où il réside, a précisé le procureur d'Ajaccio Eric Bouillard.  

"Il est sorti de son véhicule et a été pris en charge très rapidement par les pompiers", a poursuivi Eric Bouillard. A ce stade, "il est beaucoup trop tôt pour tirer des axes d'enquête et aucune hypothèse ne peut être écartée", a ajouté le magistrat. "Le mode opératoire rappelle malheureusement d'autres faits funestes", a-t-il encore commenté, annonçant que l'enquête allait être confiée à la PJ et à la section de recherches de la gendarmerie d'Ajaccio en co-saisine.