Clearstream : Villepin relaxé

  • A
  • A
Clearstream : Villepin relaxé
@ Reuters
Partagez sur :

URGENT - Jean-Louis Gergorin et Imad Lahoud sont condamnés à de la prison ferme.

Peu après 10h30, respectant l'horaire annoncé, la lecture du jugement dans l'affaire Clearstream, dans laquelle Dominique de Villepin joue son avenir politique, a débuté jeudi au tribunal correctionnel de Paris. En présence d'une foule très nombreuses de journalistes. Les peines seront prononcées à la fin de la lecture du jugement.

Dominique de Villepin. Relaxé. "Il n'y a pas de preuve que Dominique de Villepin ait agi de mauvaise foi", indique le tribunal. 18 mois de prison avec sursis et 45.000 euros d'amende avaient été requis contre l'ex-Premier ministre, mais aucune peine d’inéligibilité. Poursuivi pour "complicité de dénonciation calomnieuse", "faux et usage de faux" et "recel d'abus de confiance et de vol", Dominique de Villepin risquait jusqu'à cinq ans de prison, 375.000 euros d'amende et une peine d’inéligibilité d’une durée maximale de dix ans.

Jean-Louis Gergorin. Reconnu coupable de dénonciation calomnieuse, d'usage de faux et de recel d'abus de confiance. L'ancien vice-président exécutif d'EADS a été condamné à trois ans de prison, dont 15 mois ferme, pour avoir remis les faux listings au juge Renaud Van Ruymbeke en avril 2004. Dans le jugement, les magistrats pointent du doigt une "volonté de manipulation". C’est contre lui qu’avaient été prononcées les plus lourdes réquisitions, soit trois ans de prison. Jean-Louis Gergorin a indiqué qu'il allait faire appel.

Imad Lahoud. Reconnu coupable de complicité de dénonciation calomnieuse. L'informaticien, soupçonné d'avoir falsifié les listings, a été condamné à trois ans de prison, dont 18 mois ferme. Les magistrats ont estimé qu'il avait apporté "une aide déterminante dans la commission du délit". Il avait été cependant qualifié de "second couteau" par le procureur de la République qui avait requis contre lui une peine de deux ans de prison dont six mois de prison avec sursis. Imad Lahoud pourrait faire appel.

Florian Bourges.Reconnu coupable d'abus de confiance, pour avoir remis à Imad Lahoud les listings Clearstream dont il savait "le caractère confidentiel". Il écope de 4 mois de prison avec sursis.L'ancien auditeur d'Arthur Andersen avait été renvoyé devant la justice pour "vol" et "abus de confiance". Il risquait jusqu’à cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende.

Denis Robert. Relaxé. C'est ce qu'avait demandé le procureur de Paris. Le journaliste "espérait de bonne foi de l'aide" d'Imad Lahoud, falsificateur présumé des listings bancaires Clearstream, lorsqu'il lui a remis les listes de comptes, estime la justice. Pour "vol" et "abus de confiance", Denis Robert risquait jusqu’à cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende.

Nicolas Sarkozy. Sa constitution de partie civile a été déclarée régulière par le tribunal. Dans leur jugement de l'affaire, les magistrats ont repoussé la demande de Dominique de Villepin qui demandait l'invalidation de cette constitution de partie civile, au motif que le président a autorité sur une partie de la magistrature et bénéficie d'une immunité pénale.