Chambéry: enquête sur la mort de trois nourrissons à l'hôpital

  • A
  • A
Chambéry: enquête sur la mort de trois nourrissons à l'hôpital
Le parquet a ouvert une enquête préliminaire après la mort de trois nourrissons à l'hôpital de Chambéry début décembre, qui pourrait être liée à une contamination par des poches alimentaires, a-t-il indiqué vendredi à l'AFP.@ MaxPPP
Partagez sur :

"L'enquête porte sur une éventuelle contamination par des poches alimentaires", précise le parquet.

L'enquête. Le parquet a ouvert une enquête préliminaire après la mort de trois nourrissons à l'hôpital de Chambéry début décembre, qui pourrait être liée à une contamination par des poches alimentaires, a-t-il indiqué vendredi. "L'enquête porte sur une éventuelle contamination par des poches alimentaires pour alimenter les enfants par perfusion", a expliqué Fabienne Moulinier, vice-procureure à Chambéry. Les trois nourrissons, parmi lesquels deux prématurés, sont morts les 6, 7 et 11 décembre. Un quatrième a pu être sauvé in extremis.

Cela va "demander du temps". Les parents d'un des nourrissons morts, originaires de Haute-Savoie, ont déposé plainte contre l'hôpital le 23 décembre. Le parquet a ouvert une enquête dans la foulée et les premières auditions ont débuté lundi. "On n'est pas certain à ce jour que la responsabilité de l'hôpital soit établie. Il faut remonter toute la chaîne de production de ces produits et faire des analyses", a précisé Fabienne Moulinier. "C'est une enquête très technique et qui va demander du temps", a-t-elle insisté. Le père d'un des nourrissons mort a indiqué que les poches contaminées venaient d'un lot de 137 poches, dont 102 ont été détruites ou utilisées.

Le labo et la livraison interrogés. Le nombre de poches contaminées, provenant d'un laboratoire français, est inconnu à ce jour, a toutefois assuré le parquet. "Ce sont des poches qui ont une durée de péremption assez courte et qui ne sont pas conservées quand elles ne sont pas utilisées", a expliqué la vice-procureure. "Certaines ont été utilisées et n'ont rien provoqué", a-t-elle ajouté. "Quand, comment et par quoi ont été contaminées ces poches? Pour l'instant, on l'ignore", a résumé la magistrate. Les enquêteurs devraient notamment se tourner vers le laboratoire qui les fabrique, ainsi que vers le service qui assure leur livraison pour savoir d'où peut venir la contamination.

Pas un "acte volontaire". "Il y a plein d'intervenants sur la chaîne", a souligné Fabienne Moulinier, en ajoutant que la contamination n'était pas liée à un "acte volontaire". Mi-décembre, l'hôpital de Chambéry s'était déjà retrouvé au coeur de la tourmente médiatique après la mise en examen d'une aide-soignante soupçonnée d'avoir empoisonné ou tenté d'empoisonner neuf pensionnaires d'une maison de retraite de Jacob-Bellecombette (Savoie), qui dépend du centre hospitalier de Chambéry. Six de ces neufs pensionnaires sont morts depuis octobre. L'aide-soignante, âgée de 30 ans, a été incarcérée.