Ce que l’on sait de la disparition d’Agnès

  • A
  • A
Ce que l’on sait de la disparition d’Agnès
Le corps calciné découvert en Haute-Lois pourrait être celui d'Agnès, 13 ans.@ Groupe de soutien Facebook
Partagez sur :

Le corps de la collégienne a été retrouvé et son meurtrier présumé a été déféré. Europe1.fr fait le point.

Le mystère de la disparition d’Agnès a connu une conclusion dramatique. Deux jours après la disparition de la collégienne de 13 ans au Chambon-sur-Lignon, un corps calciné a été découvert près du village de Haute-Loire. Un suspect, âgé de 17 ans, a été déféré au parquet samedi en début d'après-midi. Son interrogatoire se poursuit. Retour sur les certitudes et les interrogations qui entourent l’affaire.

Le corps retrouvé est-il celui d’Agnès ? Oui, les enquêteurs sont formels. Le corps calciné retrouvé vendredi soir en Haute-Loire est bien celui d'Agnès. "C'est son corps. Tout concorde. Nous l'avons annoncé aux parents", a expliqué un enquêteur. Dans un premier temps, le corps n'avait pu être dans un premier temps formellement identifié.

Quand Agnès a-t-elle disparu ? L’alerte a été donnée mercredi soir, vers 20h30. Ce soir-là, l’adolescente, interne au Collège cévenol du Chambon-sur-Lignon, n'est pas rentrée après le traditionnel quartier libre du mercredi après-midi, rapporte Le Progrès.fr. En début d'après-midi, l'adolescente a été aperçue une dernière fois dans le village de Haute-Loire. "Depuis mercredi en début d'après-midi, elle s'est évaporée dans la nature", a déclaré le père de la jeune fille.

Pourquoi sa disparition était-elle inquiétante ? Alors qu’ils n’excluaient à la base aucune hypothèse, les enquêteurs écartent rapidement la fugue. D’abord parce qu’Agnès n’a pas pris son manteau en partant au village. Ensuite parce que sa famille a rapidement décrit une adolescente équilibrée. "Elle est une jeune fille avenante et facile à vivre", a assuré son père, qui était en "relation quasi quotidienne" avec elle habituellement.

Qui est le principal suspect ? Agé de 17 ans, le lycéen placé en garde à vue jeudi est un camarade de l'adolescente au Collège-lycée. Il présente des griffures au visage, qui constituent "un des éléments" ayant conduit à le placer en garde à vue selon la gendarmerie. Selon LCI, le mineur aurait un passé judiciaire, ce que le procureur de la République refuse de confirmer. Le jeune homme dont la garde à vue expire samedi, serait connu pour des faits de violence et aurait été condamné l'an dernier à 4 mois de détention pour agression sexuelle.

Est-il passé aux aveux ? Selon le procureur de la République, les aveux ont été partiels. Dans un premier temps, l’adolescent a reconnu s’être promené avec Agnès. Puis plus tard, il a admis l’avoir "bousculée". Et c’est sur ses indications que les gendarmes ont finalement retrouvé un corps, dans un endroit très difficile d’accès.