Cannes : l'eau empoisonnée était en fait du détergent

  • A
  • A
Cannes : l'eau empoisonnée était en fait du détergent
L'incident s'est déroulé à Cannes mercredi dernier.@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

L'enquête a démontré que ce détergent avait été confondu avec des bouteilles classiques d'eau minérale.

L'enquête en flagrance menée par le parquet de Grasse dans les Alpes-Maritimes depuis mercredi dernier a porté ses fruits. L'homme empoisonné à Cannes il y a une semaine après avoir ingurgité un verre dans un bar a en fait bu un puissant détergent.

Un frère et une sœur blessés. Mercredi dernier, cet homme de 25 ans originaire de Georgie et résident dans l'Allier, a voulu se désaltérer à la terrasse d'un café en compagnie de sa sœur et d'une amie. Après avoir commencé à consommer une bouteille d'eau minérale qu'ils avaient commandé, l'homme s'est trouvé très mal. Il a été hospitalisé à Nice dans un état grave avant de rester dans le coma plusieurs jours, coma d'où il n'est sorti que lundi. Sa sœur, elle, qui avait à peine bu car elle trouvait que l'eau avait une odeur bizarre, a subi des blessures plus légères.

Un produit très corrosif… Après analyse de la bouteille incriminée, les enquêteurs ont découvert que l'eau servie était en fait un détergent utilisé pour nettoyer les lave-vaisselles. Ce produit chimique a pour principe d'être très corrosif afin de déboucher les tuyaux et autres canalisations, d'où les importantes brûlures subies par la victime au niveau de l’œsophage et du système digestif. 

… stocké dans des bouteilles d'eau. Mais comment ce produit hautement dangereux a pu être servi à des clients ? "Ce produit était stocké dans des bouteilles type eau minérale, non loin du réfrigérateur où se trouvaient les vraies bouteilles d'eau", a détaillé Ludovic Manteufeul, substitut du procureur de la République. Selon les éléments recueillis par les enquêteurs, ces bouteilles de détergent étaient normalement pourvues d'une étiquette "attention produit dangereux" mais celle qui a été servie semble avoir perdu la sienne. Le patron du bar, lui, a pour l'instant surtout incriminé la serveuse. La loi, elle, est limpide : les produits dangereux doivent être rangés "dans des conteneurs sûrs et séparés", selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.