C’est comme "perdre un de mes enfants"

  • A
  • A
C’est comme "perdre un de mes enfants"
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le maire Jacques-Alain Benisti témoigne de l’émotion provoquée par la mort de la policière.

Aurélie Fouquet, 26 ans, a été tuée jeudi dernier en service lors de la fusillade dans le Val-de-Marne. Depuis, l’émotion est très forte dans la commune de cette policière municipale, Villiers-sur-Marne.

"C’est vrai qu’on n’imaginait pas une seconde l’ampleur qu’aurait pu générer cet assassinat. Ce n’est pas essentiellement la population, ce n’est pas essentiellement les policiers municipaux, mais c’est des messages de toute la France, et particulièrement beaucoup de mères de famille", témoigne Jacques-Alain Benisti, le maire de Villiers-sur-Marne, au micro d’Europe 1.

L'élu a eu "l’impression de perdre un enfant" :

Aurélie Fouquet a été citée à l'ordre de la Nation par le Premier ministre François Fillon et a été nommée chevalier de la Légion d'honneur. Une minute de silence doit être observée mercredi dans tous les commissariats et toutes les gendarmeries de France alors que se dérouleront ses obsèques.