Braqueur tué : le bijoutier mis en examen

  • A
  • A
Braqueur tué : le bijoutier mis en examen
Le bijoutier, qui a tué un homme alors qu'il tentait de braquer son commerce jeudi, a été mis en examen pour homicide volontaire samedi.@ CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS
Partagez sur :

Le commerçant, qui plaide la légitime défense, a été laissé en liberté.

Les circonstances du drame sont encore floues. Le bijoutier parisien, qui a tué un homme alors qu'il tentait de braquer son commerce jeudi, a été mis en examen pour homicide volontaire samedi. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire avec notamment interdiction de détenir ou de porter une arme.

"L'intention d'homicide n'y était pas"

Une interdiction que comprend tout à fait son avocat "vu les circonstances". Me Laurent-Franck Liénard conteste en revanche le chef de mise en examen d'homicide volontaire, car "l'intention de repousser l'agresseur y était mais l'intention d'homicide n'y était pas", assure-t-il.

"Il n'a pas voulu tuer, il a juste voulu se défendre", insiste l'avocat. "C'était son troisième braquage et au cours des deux précédents, il s'était fait tirer dessus", justifie Me Liénard. "Evidemment la légitime défense sera débattue et évidemment nous la démontrerons parce qu'elle ne fait pas de doute : il a des traces partout, il a été vu par un médecin, il a des traces de coups sur le corps. La confrontation a vraiment été très violente", a-t-il encore argumenté.

Cinq douilles retrouvées dans la bijouterie

Selon les premiers éléments de l'enquête, le bijoutier a tiré à cinq reprises sur le braqueur dont l'arme n'était pas chargée, a indiqué samedi une source judiciaire. Cinq douilles ont été retrouvées dans la bijouterie, a-t-il été précisé. L'autopsie a révélé que la victime a reçu une balle à l'épaule et une à la hanche, avait précisé vendredi une source judiciaire ajoutant qu'il n'y avait pas eu d'échange de coups de feu.

Le bijoutier disposait d'un permis de détention d'arme, ont expliqué des sources policières. Il gardait son arme dans son coffre-fort et l'a sortie très rapidement quand le braqueur est entré. C'est le commerçant lui-même qui a appelé les services de police après le drame.