Braquage mortel de Dolomieu : le tueur présumé interpellé

  • A
  • A
Braquage mortel de Dolomieu : le tueur présumé interpellé
@ Captue d'écran Google Map
Partagez sur :

Le tueur présumé d'Hugo Villerez a été arrêté samedi avec deux autres suspects. Ils sont entendus sous le régime de la garde à vue.

L'INFO. Le tueur présumé d'Hugo Villerez, un homme de 34 ans mort mardi dans le braquage d'un bureau de tabac en Isère qu'il tentait de déjouer, a été interpellé samedi avec deux autres suspects. Les trois suspects ont été placés en garde à vue. Selon le parquet, ces trois hommes "jeunes" habitent Morestel, une commune voisine de Dolomieu où s'est déroulé le drame, et "ses environs".

Des braqueurs locaux. Des arrestations qui viennent conforter l'hypothèse d'agissements de braqueurs "locaux". Jeudi, le véhicule utilisé par les deux auteurs présumés du braquage du bureau de tabac avait été retrouvé intact sur un chemin isolé voisin. La Peugeot 206 noire utilisée mardi lors du braquage du commerce a été acheminée jusqu'à Grenoble pour expertise. "Nous attendons les résultats", a précisé samedi le procureur de Grenoble Jean-Yves Coquillat.

Le scénario du drame. Selon le parquet, la victime aurait semble-t-il suivi à l'extérieur du commerce un malfaiteur armé d'un fusil de chasse. Les deux hommes, situés à "quelques mètres de distance" l'un de l'autre, auraient ensuite eu un bref échange verbal, à l'issue duquel le braqueur a ouvert le feu sur le jeune homme, le blessant mortellement. Les malfaiteurs, qui avaient investi le commerce cagoulés et armés une poignée de secondes plus tôt, ont ensuite pris la fuite à bord d'une Peugeot 206 noire, volée peu de temps avant les faits, avant de l'abandonner à quelques kilomètres de là.

Décrit par ceux qui le connaissaient comme un jeune homme "simple et sympa", Hugo Villerez se trouvait dans le tabac-presse en compagnie de trois autres clients au moment du hold-up. Il est mort dans les bras de sa mère, qui l'attendait dans une voiture sur un parking jouxtant le commerce. Pour un butin de 200 euros et six cartouches de cigarettes.