Le braqueur de Bordeaux soupçonné d'être l'auteur d'une décapitation dans les Hauts-de-Seine

  • A
  • A
Le braqueur de Bordeaux soupçonné d'être l'auteur d'une décapitation dans les Hauts-de-Seine
Des "analyses biologiques sont en cours" pour établir un lien éventuel entre les deux affaires.@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

L'auteur du braquage d'un fast-food à Bordeaux dimanche pourrait être lié à l'homicide d'un homme de 57 ans survenu récemment à Clamart.

Le suspect blessé et interpellé par la police dimanche à Bordeaux après un braquage dans un fast-food est également soupçonné d'être l'auteur de la décapitation d'un homme de 57 ans, jeudi dans les Hauts-de-Seine, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Une fuite en voiture, puis à pied. Le suspect, âgé de 19 ans, sur lesquels peu de détails ont filtré, a été grièvement blessé par la police dimanche après-midi dans le centre de Bordeaux, après avoir ouvert le feu sur les policiers qui le poursuivaient. L'homme, toujours hospitalisé lundi, n'avait pas pu être entendu, mais son pronostic vital n'était plus engagé, a-t-on précisé auprès du parquet de la ville.

L'homme armé d'un sabre et d'une arme de poing, avait fait irruption dans un fast-food Burger King du centre-ville, en était ressorti vers 14 heures après l'avoir braqué. Il avait alors pris la fuite en voiture. Après une très brève poursuite, et après avoir heurté un bus, sa voiture avait fini encastrée contre des toilettes publiques et du mobilier urbain. Tentant à nouveau de fuir, à pied cette fois, il avait été grièvement blessé et interpellé peu après par les forces de l'ordre sur lesquelles il avait ouvert le feu.

La police fait le lien avec homicide commis à Clamart. Une enquête de flagrance est en cours, pour tentative de vol avec arme et tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique, a-t-on indiqué de source judiciaire. Elle a été confiée à la police judiciaire de Bordeaux. Les policiers ont rapidement fait un lien avec une autre enquête, ouverte depuis jeudi après la découverte par son épouse du corps décapité d'un homme de 57 ans à son domicile de Clamart (Hauts-de-Seine). La victime était depuis quelques années le curateur d'un jeune homme de 19 ans, qui vivait depuis peu avec ce couple. Introuvable après le meurtre, le jeune homme était activement recherché, ainsi qu'une berline française avec laquelle il était soupçonné d'avoir pris la fuite.

Les enquêteurs avaient identifié une première piste samedi, en Charente-Maritime, après un accrochage entre deux véhicules dont l'un avait pris la fuite. "La voiture, bien que faussement immatriculée, ainsi que la description donnée du fuyard, correspondaient avec la personne recherchée", a expliqué une source proche du dossier. Or, cette voiture s'est révélée être la même que celle conduite par le braqueur du fast-food bordelais. "Pour l'instant, nous ne savons pas si le sabre du fast-food est l'arme qui a permis la décapitation dans les Hauts-de-seine, mais a priori, non", a précisé cette même source. Les premières investigations avaient conclu à l'utilisation d'une scie par le meurtrier.

"Analyses biologiques en cours". Le parquet de Bordeaux n'était toutefois pas en mesure de confirmer lundi dans un premier temps que le suspect interpellé à Bordeaux et l'homme recherché après l'homicide de Clamart sont une seule et même personne. Des "analyses biologiques sont en cours" pour établir un lien éventuel entre les deux affaires, a-t-on précisé par ailleurs de source proche de l'enquête.