Blessé par le coup de canne d’une mamie pendant un loto, il termine à l’hôpital

  • A
  • A
Blessé par le coup de canne d’une mamie pendant un loto, il termine à l’hôpital
La bagarre s'est déroulée pendant une séance de loto (image d'illustration) @ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

La victime devra être plâtrée pendant plusieurs semaines et subir une rééducation. 

Dans la ville de Montagnac (dans l'Hérault) une scène d'une rare violence s'est déroulée pendant le loto hebdomadaire. Une octogénaire s'est battue avec un couple qui tentait de l'empêcher de frapper les autres participants avec sa canne, rapporte Midi Libre jeudi. Bilan : une rupture du biceps pour l'homme qui est intervenu.

Un loto qui vire à la bagarre. Vers 15h jeudi dernier, une dizaine d'habitants se retrouve comme toutes les semaines pour faire un loto. Une octogénaire arrive et se met à taper sur les tables avec sa canne. "J'ai vraiment cru qu'elle allait taper sur la tête de mon beau-père qui est malade", raconte Nadget Borja, l'une des participantes. Pour protéger les autres, la trentenaire intervient, mais la situation s'envenime. Le conjoint de Mme Borja tente de s'interposer et de "désarmer" l'octogénaire.

Bilan : une blessure au bras. "Pour lui faire lâcher sa canne, je l'ai prise par le revers de son blouson", raconte M. Borja. "Au moment où elle a commencé à lâcher la canne d'une main, j'ai senti le pommeau de canne sur mon bras droit. J'ai senti comme de l'électricité. Elle a réussi à donner une claque à ma compagne, par réflexe je lui ai donné une gifle...". Blessé au bras, le quinquagénaire souffre d'une rupture du biceps, d'après ses déclarations. Il devra être plâtré pendant plusieurs semaines et subir une rééducation. À charge pour le médecin légiste de déterminer si le coup de canne était volontaire ou non.

"Ça fait 50 ans qu'elle terrorise tout le village." La femme à la canne est décrite comme violente par les victimes. "On vient deux fois par semaine pour les lotos. Ça fait 50 ans qu'elle terrorise tout le village. Mon plus gros traumatisme, c'est que je ne pourrai jamais faire de mal à cette dame, elle est bien trop âgée", rapporte Nadget Borja.