Beaumont-sur-Oise : les gendarmes pris à partie après la marche pour Adama Traoré

  • A
  • A
Beaumont-sur-Oise : les gendarmes pris à partie après la marche pour Adama Traoré
Les gendarmes ont été pris à partie (illustration).@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Une quarantaine d'individus cagoulés ont attaqué au mortier un équipage de gendarmerie, et cinq gendarmes ont été blessés.

Cinq gendarmes ont été légèrement blessés samedi soir par des tirs de mortier à Beaumont-sur-Oise, dans le Val-d'Oise, lors d'affrontements avec une quarantaine de jeunes cagoulés après la marche organisée à la mémoire d'Adama Traoré, a appris l'AFP dimanche de sources concordantes.

Un millier de personnes dans le calme, mais... Samedi après-midi, une marche en mémoire d'Adama Traoré, reliant la gare de Persan au quartier Boyenval à Beaumont, où vit la famille Traoré à 45 kilomètres au nord de Paris, avait réuni un millier de personnes dans le calme. Le jeune homme est mort il y a un an dans des conditions suspectes lors de son interpellation par les gendarmes. Vers 00h40, une quarantaine d'individus cagoulés ont attaqué au mortier un équipage de gendarmerie qui était postée à l'extérieur du quartier Boyenval, a indiqué une source proche de l'enquête.

"Des mortiers très puissants". Les assaillants ont utilisé "des mortiers très puissants, avec des effets de souffle importants", a ajouté la source. Au total, les gendarmes ont essuyé "quarante tirs directs de mortiers" visant les véhicules et les militaires. Cinq d'entre eux ont été traités médicalement pour des traumatismes "sonores". Les gendarmes ont fait usage de gaz lacrymogène et "le calme est revenu à 01h20", a ajouté cette source, précisant qu'il n'y avait eu aucune interpellation. Des plaintes ont été déposées et l'enquête confiée à la brigade de gendarmerie de l'Isle-Adam.

Samedi, les cris de "gendarmes assassins" avaient fusé quand le cortège était passé devant la caserne de Persan où le décès d'Adama Traoré avait été constaté le 19 juillet au soir, provoquant plusieurs nuits de violences à Beaumont et ses environs.