Aveyron : une salariée de la chambre d'agriculture morte "étouffée et noyée"

  • A
  • A
Aveyron : une salariée de la chambre d'agriculture morte "étouffée et noyée"
Image d'illustration@ José A. Torres / AFP
Partagez sur :

La jeune femme est morte mercredi, tuée par un éleveur. Il l'avait "saisi", "prise à bras-le-corps" et "traîné vers un étang proche".

"Traînée", "noyée". Mercredi soir, le procureur a confirmé la mort de la jeune conseillère agricole de Rodez, venue sur une exploitation laitière à Mayran, dans l'Aveyron. Son corps a été retrouvé avec des "traces d'ecchymoses" dans un étang à 200 mètres du corps de ferme. Elle "serait morte étouffée, noyée" dans un étang, a indiqué le procureur Yves Delperié. Xavier Espinasse, 47 ans, a "saisi" la jeune femme, "l'a prise à bras-le-corps, l'a traînée vers un étang proche", a-t-il ajouté, parlant de "motivations extrêmement floues", mais écartant a priori des raisons liées à la crise agricole .

Pas de contentieux. Il n'y a "pas eu d'altercation, pas de dispute, pas de contentieux", a-t-il ajouté, soulignant que l'éleveur n'avait pas "d'antécédents judiciaires" et jugeant prématuré de parler d'"antécédents psychiatriques". Une autopsie sera effectuée jeudi ainsi qu'une expertise psychiatrique, a-t-il précisé.

 Il n'y a pas eu d'altercation, pas de dispute, pas de contentieux

Elle n'a pas été tuée pendant un "contrôle". Âgée d'environ 25 ans, la salariée de chambre d'agriculture ne procédait pas à un contrôle mais à une "démarche de conseil que les chambres d'agriculture portent dans les exploitations agricoles", avait indiqué le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. "La visite avait commencé tout à fait normalement", a ajouté le procureur, "elle avait fini son travail au moment où elle a été agressée". L'exploitation laitière se trouve à une vingtaine de kilomètres de Rodez dans l'Aveyron.

Un exploitant actuellement en garde à vue. Le décès de la jeune femme a été déclaré à 9 heures et une enquête a été ouverte dans la foulée pour rechercher les causes de la mort. Ce n'est "pas le chef d'exploitation qui a été l'auteur du crime", mais "son frère" qui a tué la jeune femme et la jetée dans une mare d'eau glacée. 

Xavier Espinasse, frère du chef d'exploitation Bertrand, a été interpellé et placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Rodez. Il n'y a pas eu "de témoin direct des faits", a-t-il ajouté, "l'enquête dira où était Bertrand Espinasse", le chef d'exploitation qui a alerté les pompiers avec un voisin.

"Pas de problème d'argent". La ferme familiale, qui produit du lait et de la viande, n'avait apparemment pas de difficultés financières, a indiqué le procureur. Les deux frères vivaient seuls "enfermés" avec leur père de 78 ans, dont ils avaient repris l'exploitation, a rapporté Gilbert Pouget, qui avait employé Xavier Espinasse pendant une dizaine d'années comme saisonnier dans son entreprise de construction. Gilbert Pouget ne s'"étonne" pas du drame car le gardé à vue est "dépressif" depuis le décès de sa mère et "a dû péter un câble".