A la prison des Baumettes, c'est la fièvre des colis projetés

  • A
  • A
A la prison des Baumettes, c'est la fièvre des colis projetés
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les surveillants s'inquiètent du nombre important de colis envoyés illégalement aux détenus de la maison d'arrêt de Marseille.

A la prison des Baumettes, les projections de colis sont réalisées à une échelle quasi industrielle. Une centaine de paquets envoyés par de mystérieux "facteurs" sont tombés dans la cour de promenade ces derniers jours. Couteaux, drogue, téléphones portables… la marchandise est projetée depuis l'extérieur par des complices. Une situation qui inquiète les surveillants de la maison d'arrêt marseillaise.

>>> LIRE AUSSI - La prison des Baumettes, ce cauchemar

Des armes et de la drogue. Aux heures de promenade, les détenus ont pris l'habitude de regarder vers le ciel. Ils savent qu'à cette heure là les messagers agissent. Munis d'une raquette de tennis ou d'une fronde, ils prennent position sur la colline, juste en face du chantier de la nouvelle prison. Le lieu est facilement accessible et il n'y a qu'un seul vigile pour surveiller la zone. Le lieu est surtout placé à quelques mètres seulement de la cour de promenade des prisonniers.

Ces derniers n'ont donc plus qu'à réceptionner dans la cours leur colis, dont le contenu inquiète les surveillants. "Dans ces colis, on peut trouver des produits stupéfiants, des téléphones portable, etc. Mais plus inquiétant : des armes, des couteaux avec des lames de 30 centimètres de longueur, des couteaux en céramique aussi", détaille Jérémy Joly, surveillant de la prison des Baumettes, au micro d'Europe 1.

>>> LIRE AUSSI - Les Baumettes sont dans un état alarmant

"Une situation explosive". Les destinataires des colis, dont le nom ou le speudo est indiqué sur le paquet, remontent leur marchandise en cellule par un système de corde, élaboré avec des draps. De quoi alimenter les gangs derrière les barreaux, selon Cyril Antolin, secrétaire général du syndicat pénitentiaire des surveillants.

"Vu l'actualité qui est assez chaude sur le milieu marseillais, on ressent des gangs qui sont en train de se construire, au sein même de la maison d'arrêt. Du trafic de téléphones portables, ou de la résine de cannabis, c'est un sacré chiffre d'affaires. Nous avons constaté plus de 100 colis en deux jours. On s'inquiète pour les jours à venir. Les Baumettes sont vraiment dans une situation explosive", estime-t-il.