Aulnay-sous-Bois : les quatre policiers accusés de viol par un jeune homme devraient être mis en examen

  • A
  • A
Partagez sur :

La scène a été filmée par une caméra de surveillance. Si les violences semblent avérées, la qualification de viol doit être examinée dimanche par un juge d'instruction.

Quatre policiers d'Aulnay-sous-Bois devraient être présentés à un juge d'instruction pour être mis en examen dimanche. Ils sont accusés de viol par un jeune homme, viol qui aurait eu lieu lors de son interpellation, jeudi soir. Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a jugé l'affaire "grave". Les faits, eux, doivent encore éclaircis. Mais les violences des policiers ne font que peu de doute.

60 jours d'ITT. À l'origine de l'affaire, il y a un contrôle d'identité, du quotidien, à Aulnay-sous-Bois. La patrouille de police pense avoir entendu des guetteurs d'un trafic de drogue. Le climat est tendu et le contrôle tourne mal. Les policiers décident d'interpeller Théo, 22 ans, après qu'il se soit interposé à la suite d'une gifle donnée par un policier à un ado, selon les témoignages. Mais le jeune homme d'1,90 m ne se laisse pas faire et l'un des policiers finit par sortir sa matraque télescopique. 

Un peu plus tard, à son arrivée au commissariat, le jeune homme se plaint d'avoir été violé avec la matraque. L'expertise médicale est très claire : la blessure, "une déchirure de l'anus sur 10 cm", d'après le médecin, accompagnée de nombreuses traces de coup, lui valent 60 jours d'interruption temporaire de travail. L'IGPN, la police des polices, est saisie.

Complexité du dossier. Les coups semblent incontestables. Mais pour le viol, les choses sont moins évidentes. Il y a pourtant une certitude : la scène se serait passée au cours de l'interpellation, sur une grande place et devant témoins. Les vidéos ne montrent rien de formel mais dans la bagarre, le pantalon de Théo a glissé, un policier donne un coup de matraque télescopique derrière les jambes pour faire plier les genoux puis un autre, d'une manière qui semblerait moins conventionnelle, d'arrière en avant au niveau de l'entrejambe de la victime.

Est-ce ce coup qui est en cause ? Y avait-il volonté de violer ? La complexité du dossier est telle que la procureure de Bobigny doit passer le relais à un juge d'instruction sans qu'on sache à ce stade si la qualification de viol sera retenue.