Attentats de Bruxelles : une radio diffuse le "testament" d'un des frères El Bakraoui

  • A
  • A
Attentats de Bruxelles : une radio diffuse le "testament" d'un des frères El Bakraoui
Ce témoignage sonore avait été retrouvé sur un ordinateur portable abandonné dans une poubelle à proximité d'une des planques des djihadistes.@ YORICK JANSENS / BELGA / AFP
Partagez sur :

Le testament audio d'Ibrahim El Bakraoui, l'un des kamikazes des attentats de Bruxelles, a été diffusé par une radio privée belge jeudi. 

La radio privée belge Bel-RTL a diffusé jeudi de courts extraits du "testament audio" d'Ibrahim El Bakraoui, l'un des deux kamikazes qui s'est fait exploser le 22 mars 2016 à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem. Ce témoignage sonore avait été retrouvé sur un ordinateur portable abandonné dans une poubelle à proximité d'une des planques des djihadistes.

Un message adressé à Yassine Attar. L'existence de ce testament, enregistré la veille des attentats de l'aéroport international et du métro de la capitale belge, qui ont fait au total 32 morts, est connue. Comme d'autres fichiers sonores retrouvés sur le même ordinateur, il a été largement exploité par les enquêteurs. Dans l'extrait diffusé par Bel-RTL, Ibrahim El Bakraoui s'adresse notamment à son cousin, Yassine Attar, un homme soupçonné par la justice de l'avoir aidé pendant qu'il vivait dans la clandestinité.

Il l'incite à agir. "Voilà mon frère, on n'a pas eu l'occasion de se revoir. Allah il a décidé que cela allait se passer comme ça. Inch'Allah voilà, je voulais te demander pardon s'il y a quelque chose entre nous, sache que tu as une grande place dans mon coeur, je te remercie pour tout ce que tu as fait pour moi", lance-t-il. Ensuite, Ibrahim El Bakraoui l'incite à agir : "on espère Inch'Allah que tu nous rejoignes au paradis au plus vite".

Un enregistrement réalisé après l'arrestation de Salah Abdeslam. Yacine Attar a depuis lors été inculpé en Belgique pour "participation aux activités d'un groupe terroriste". L'enregistrement a été réalisé trois jours après l'arrestation à Molenbeek de Salah Abdeslam, seul membre encore vivant des commandos qui avaient frappé Paris le 13 novembre 2015.

Membres de la même cellule franco-belge, Ibrahim El Bakraoui et ses complices sont alors aux abois. Se sentant traqués, ils décideront de frapper le lendemain le métro et l'aéroport de la capitale belge, alors qu'ils envisageaient de cibler à nouveau la France, selon des éléments déjà connus tirés des enregistrements retrouvés sur l'ordinateur d'El Bakraoui.