Attentats à Paris : neuvième homme, portable retrouvé... l'enquête progresse

  • A
  • A
Attentats à Paris : neuvième homme, portable retrouvé... l'enquête progresse
@ AFP
Partagez sur :

Quatre jours après les attentats survenus à Paris, les policiers sont sur la trace de deux suspects en fuite et ont trouvé de nouveaux éléments qui pourraient leur permettre de faire avancer l'enquête. 

L'ESSENTIEL

Quatre jours après les pires attentats jamais commis en France, l’enquête se resserre. Si deux terroristes n’ont toujours pas été identifiés, un nouveau suspect est dans la ligne de mire des enquêteurs et un portable appartenant aux terroristes a été retrouvé près du Bataclan, d'après une information de Médiapart, dont Europe 1 a eu confirmation.

Salah Abdeslam, suspect clef soupçonné d'être impliqué dans les attentats, est, lui, toujours activement recherché. Mais il n'est plus le seul traqué par les enquêteurs : Europe 1 a eu confirmation, mardi soir, qu'un deuxième suspect en cavale est recherché par les services de police. Le commando terroriste ayant frappé Paris et le stade de France était donc composé en réalité de neuf hommes, vraisemblablement trois par équipe, ainsi que l'accrédite l'existence d'une vidéo que les enquêteurs ont pu visionner.

Les enquêteurs, qui n'ont pas encore identifié tous les suspects ont par ailleurs diffusé un appel à témoins dans la soirée de mardi pour tenter de mettre un nom sur l'un des trois kamikazes du stade de France, retrouvé à proximité d'un passeport syrien dont l'authenticité n'est pas attestée.

"On y va", le SMS des terroristes. Mais l'information de dernière minute de la soirée, c'est qu'un portable a été retrouvé dans une poubelle non loin de la salle de concert du Bataclan, où ont péri au moins 89 personnes vendredi soir. Dans ce téléphone, appartenant à l'un des membres du commando du Bataclan, les enquêteurs ont trouvé un plan détaillé de l'endroit ainsi que le message "On y va", envoyé par l'un des terroristes à une heure et à un destinataire qui demeurent pour l'instant inconnus.

>>> Retrouvez ici le récit des événements entre vendredi soir et dimanche soir.

Les infos à retenir :

- Une Clio noire louée au nom de Salah Abdeslam, toujours recherché par la police, a été retrouvée

- Un neuvième homme est recherché par la police

- Un appel à témoins a été diffusé pour tenter d'identifier l'un des trois kamikazes du stade de France

- L'enregistrement audio diffusé par l'EI pour revendiquer les attaques a été réalisé par le djihadiste français Fabien Clain

La traque de Salah Abdeslam se poursuit. Une traque est organisée depuis dimanche pour retrouver Salah Abdeslam, soupçonné d'être l'un des auteurs des attentats de Paris. Selon le récit du Nouvel Observateur, Salah Abdeslam aurait sans doute été exfiltré après un appel à des complices venus de Belgique.

Depuis, sa traque de Salah Abdelslam ne cesse de s’intensifier. La police belge a diffusé mardi matin un nouvel avis de recherche avec d’autres photographies de celui qui, s'il était retrouvé, pourrait être le seul terroriste des attaques de Paris encore vivant.

avis-justice-belge

     

Sur la piste d'un neuvième terroriste. Les enquêteurs pensent que Salah Abdeslam était en compagnie de son frère Brahim, qui s'est fait sauter boulevard Voltaire, l'équipe qui a criblé de balles les terrasses des cafés et restaurants des Xe et XIe arrondissements de Paris, en se déplaçant à bord d'une Seat Leon noire.

Mardi soir, Europe 1 a eu confirmation que les policiers recherchent un autre suspect, en sus de Salah Abdeslam. Ils disposent d'une vidéo de surveillance accréditant de l'existence d'un neuvième assaillant, qui aurait fait équipe avec les frères Abdeslam, ont affirmé mardi, des sources proches de l'enquête et policière. A noter d'ailleurs que trois kalachnikovs ont été trouvées par les enquêteurs dans cette Seat Leon noire, abandonnée à Montreuil.

Trois équipes de trois hommes ? Selon la vidéo, il y avait un troisième homme dans ce commando, qui pourrait être lui aussi en fuite à moins qu'il ne s'agisse d'un des deux complices présumés écroués en Belgique. Quel rôle exact a-t-il joué dans cette équipe ? A-t-il été un simple appui logistique ou a-t-il tiré sur les personnes installées en terrasses ?

D'après 20 Minutes, le parquet de Paris refusait de s'exprimer sur le sujet, mardi soir. Toujours est-il que le commando de terroristes impliqué dans ces terribles attaques s'élèverait alors à neuf hommes - répartis en trois équipes de trois -, bien que le communiqué de revendication des attentats par l'Etat islamique ne fasse mention que de "huit frères".

Retracer l’emploi du temps des assaillants. Les enquêteurs tentent de retracer le plus précisément possible l'emploi du temps des auteurs des attentats, de comprendre par où ils sont passés, quel a été leur mode opératoire. Mardi matin, une voiture immatriculée en Belgique a été retrouvée à Paris. Cette "Clio noire, retrouvée place Albert Kahn dans le 18e arrondissement de Paris, pourrait avoir servi à la préparation des attentats", ont expliqué des sources policières.

Une voiture suspecte. Selon les informations d’Europe 1, la Clio a été louée au nom de Salah Abdeslam, soupçonné d'être lui aussi auteur des attentats et toujours activement recherché. Cette voiture a emprunté l’A1 vers Paris deux ou trois jours avant les attentats "dans le cadre de ce qui pourrait être des liaisons préparatoires entre Paris et la Belgique".

voiture-afp-1280

Perquisitions à Bobigny et Alfortville. D'autre part, des perquisitions ont été menées dès dimanche soir dans une maison à Bobigny louée par Brahim Abdeslam trois jours avant les attaques. D'autres ont aussi été menées dimanche dans un hôtel d'Alfortville, où deux chambres sommaires ont été réservées au nom de Salah Abdeslam, aujourd’hui l’homme le plus recherché de France.

Des images filmées par Le Point montrent des seringues et des tubes de plastique abandonnés sur une table, mais selon les informations d'Europe 1, ces objets appartiennent à la police scientifique qui s'en est servi pour effectuer les prélèvements nécessaires pour l'enquête.

Deux chambres louées au nom de Salah Abdeslam. Les chambres 311 et 312 de cette résidence hôtelière du groupe Appart'City ont été louées pour quatre personnes, via le site booking.com, grâce à la carte bancaire de Salah Abdeslam, ont expliqué des sources policières, mardi. Celles-ci ont été réservées pour une semaine : de mardi 10 novembre, trois jours avant les attentats, à ce mardi 17 novembre. Est-ce Salah en personne ou un autre kamikaze qui a utilisé sa carte bancaire ? Ces chambres ont-elles servi de planque ? Les policiers cherchent encore à savoir qui des terroristes y ont séjourné et combien de temps. 

Neuf gardes à vue. Mardi, neuf personnes étaient toujours en garde à vue dans l'entourage de deux des auteurs des attaques, Ismaïl Omar Mostefaï et Samy Amimour, morts au Bataclan. Le père, la mère et la sœur de Samy Amimour, ainsi que six personnes dans l'entourage d'Ismaïl Omar Mostefaï. D'éventuels complices sont toujours recherchés.

La revendication de l'EI enregistrée par un djihadiste français. Enfin, des sources proches de l'enquête ont indiqué mardi que le texte de revendication des attentats par l'Etat islamique a été lu par un djihadiste français bien connu des services de renseignements, Fabien Clain. Cet islamiste radical, proche de Mohamed Merah, se trouverait en Syrie depuis courant 2014.