Attentat en Isère : "j'ai le cœur qui va s'arrêter", confie la compagne du suspect

  • A
  • A
3394 partages

Europe 1 a pu joindre en exclusivité la compagne de Yassin Salhi, l'homme interpellé vendredi après l'attentat contre une usine de Saint-Quentin-Fallavier, dans l'Isère.

TEMOIGNAGE EXCLUSIF

C'est un chauffeur-livreur de 35 ans, père de trois enfants. Vendredi matin, Yassin Salhi est suspecté d'avoir projeté une camionnette contre les bonbonnes de gaz d'une usine AirProducts, classée Seveso, à Saint-Quentin-Fallavier, dans l'Isère, et d'avoir décapité son propre patron.

Un homme qui a été suivi par les services de renseignements pour sa radicalisation : il a fait l'objet d'une fiche "S" en 2006, finalement non-prolongée en 2008. Interpellé vendredi, il a été placé en gardé à vue.

>> Europe 1 a pu joindre en exclusivité la compagne du suspect à son domicile vendredi matin, avant son interpellation par la police, près de Lyon. Surprise par l'information qu'elle apprend à cet instant, elle nous confie alors ne pas comprendre que son mari ait pu commettre un tel acte.

Ecoutez en intégralité l'interview dont de larges extraits ont été diffusés sur l'antenne d'Europe 1  :


Attentat en Isère : la compagne du suspect...par Europe1fr

"J'ai le cœur qui va s'arrêter". "Je ne sais ce qui se passe ? Ils l'ont arrêté ?", demande-t-elle à notre journaliste, à l'autre bout du fil. "Il est parti au travail ce matin à 7 heures. Il fait des livraisons. Il n'est pas rentré entre midi et deux, moi je l'attends pour l'après-midi. Ma belle-sœur m'a dit 'allume la télé, il y a le journal. Et là, elle est en train de pleurer. Moi j'ai le cœur qui va s'arrêter", confie, fébrile, la jeune femme. "Moi je le connais c'est mon mari. On a une vie de famille normale. Il part au travail, il rentre", explique-t-elle. "Là il n'y a même pas de connexion, il est sur messagerie", s'inquiète encore la mère de famille. 

"Nous sommes des musulmans normaux". "Nous sommes des musulmans normaux. On fait le ramadan. On a trois enfants et une vie de famille normale", assure la compagne du suspect. "Qui je peux appeler pour qu'il me donne plus de renseignements parce que là je ne comprends rien", demande-t-elle enfin, paniquée, avant de confier : "j'ai peur de faire quoi que ce soit". 

Peu après cet entretien, la compagne du terroriste présumé et la sœur de celui-ci ont été placées en garde à vue à l'issue d'une opération menée par le Raid au domicile de Yassin Salhi, à Saint-Priest, dans la banlieue lyonnaise. Une quatrième personne a également été arrêtée pour le chef d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, a annoncé le procureur François Molins, vendredi soir.