Attentat déjoué : cinq suspects présentés à la justice en vue d'une mise en examen

  • A
  • A
Attentat déjoué : cinq suspects présentés à la justice en vue d'une mise en examen
"C'est un passage à l'acte imminent qui a pu être évité", s'est félicité François Molins.@ FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :

Les cinq suspects interpellés ce week-end à Strasbourg et Marseille ont été déférés vendredi midi en vue de leur mise en examen.

Quatre Français et un Marocain, soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat le 1er décembre, ont été présentés vendredi à la justice à Paris, en vue de leur mise en examen par des juges antiterroristes, a déclaré le procureur de la République de Paris vendredi.

Une information judiciaire ouverte. François Molins a annoncé le "déferrement ce jour [vendredi] à midi devant la justice antiterroriste d'opérationnels de Daech" et l'ouverture d'une information judiciaire "des chefs de participation à une association de malfaiteurs terroristes en vue de la préparation de crimes d'atteinte aux personnes, d'acquisition, détention, transport, offre et cession illégale d'armes et de munitions de catégories A et B, le tout en réunion et en relation avec une entreprise terroriste". Le parquet a requis leur placement en détention provisoire.

"Un passage à l'acte imminent" évité. À ce stade de l'enquête, la cible précise visée par les interpellés n'a pas pu être identifiée. En revanche, les enquêteurs ont pu établir "qu'une action était envisagée le 1er décembre", a indiqué François Molins. "C'est un passage à l'acte imminent qui a pu être évité grâce aux interpellations du 20 novembre", a-t-il souligné, parlant de "passage à l'acte mortifère" évité. Lors des perquisitions aux domiciles des suspects, les enquêteurs ont découvert des armes et des instructions émanant de la zone irako-syrienne pour se procurer des armes. "Les éléments saisis à Strasbourg (...) ont en effet permis de découvrir des écrits très clairs d'allégeance à Daech et glorifiant la mort en martyr", a indiqué François Molins.