Attaque du Tribal Kat : 16 à 22 ans de prison requis contre sept pirates somaliens

  • A
  • A
Attaque du Tribal Kat : 16 à 22 ans de prison requis contre sept pirates somaliens
Le voilier du couple Colombo récupéré par la Marine française.@ ECPAD
Partagez sur :

Sept hommes sont jugés à partir de mardi pour avoir attaqué en 2011 le bateau d'un couple de plaisanciers français, et tué l'un d'eux.

Des peines de 16 à 22 ans de réclusion criminelle ont été requises lundi à l'encontre de sept pirates somaliens. Ils sont jugés aux assises de Paris pour avoir attaqué en 2011 le voilier Tribal Kat et tué son skipper dans le golfe d'Aden. L'avocate générale Sylvie Kachaner a affirmé que les sept hommes étaient "tous comptables", bien qu'à des degrés divers, des crimes commis, "unis par une volonté commune" d'attaquer le bateau pour capturer des otages. Elle a demandé en outre pour chacun d'entre eux l'interdiction définitive du territoire français. 

Du rêve au cauchemar. Cette croisière au long cours représentait le rêve d'une vie, financé par la vente de leur maison. Le couple était en mer depuis trois ans, quand tout a tourné au cauchemar, le 8 septembre, il y a cinq ans. Les époux Colombo naviguent à petite vitesse en plein golfe d'Aden, lorsque des coups de feu retentissent.

Christian, le mari, comprend tout de suite qu'il s'agit d'une attaque et demande à sa femme Evelyne d'envoyer un mayday, un message de détresse sur la radio. Mais c'est déjà trop tard, les pirates grimpent à bord et tirent. Le Français est abattu. Ils prennent ensuite Evelyne Colombo en otage sur leur embarcation, avant de quitter le catamaran. Et de jeter le corps de son mari tué par-dessus bord. Il ne sera jamais retrouvé et l'acte de décès de Christian Colombo, 55 ans, sera enregistré le 15 novembre 2011.

Libérée par un navire espagnol. La veuve sera libérée lors de l'assaut donné par un navire militaire espagnol, au cours duquel deux pirates, dont le meneur, seront tués. Sept Somaliens seront capturés : ce sont ces hommes qui sont jugés depuis le 29 mars et pendant encore une semaine, pour "détournement de navire ayant entraîné la mort", un crime passible de la perpétuité.