Arrêtée après avoir témoigné dans Envoyé Spécial

  • A
  • A
Arrêtée après avoir témoigné dans Envoyé Spécial
@ Capture d'écran
Partagez sur :

Une automobiliste qui avait donné, dans Envoyé Spécial, ses techniques de fraude aux péages l'a payé cher.

Son visage flouté n'aura pas suffi. Une conductrice habituée à frauder aux péages autoroutiers doit regretter amèrement d'avoir confié son témoignage à Envoyé Spécial. A partir du reportage diffusé sur France 2, la gendarmerie a en effet pu retrouver sa trace et l'interpeller vendredi dernier. Avec son compagnon, elle a été été remise en liberté. Tous deux doivent comparaître devant le tribunal correctionnel de Narbonne le 13 juin 2013.

La technique "du petit train". Tout commence, le 5 juillet dernier. Envoyé Spécial diffuse alors un reportage consacré au coût des autoroutes. Estimant que les prix sont beaucoup trop élevés, une conductrice témoigne, visage caché, qu'elle fraude depuis plusieurs années les péages autoroutiers. Dans le magazine, elle explique donc sa technique du "petit train" : au péage, elle passe la barrière sans payer, en collant son véhicule à celui de devant.

"Pas d'argent pour payer l'autoroute". Au total, elle aurait économisé plus de 1.800 euros. Une somme importante pour cette automobiliste qui gagne un salaire mensuel de 1.200 euros. "Je n'ai pas de sous à mettre dans l'autoroute, c'est une route que l'on a mis en place pour nous, pour aller plus vite, pour éviter de passer dans les villages. Et bien, on la prend, comme ça devrait être le cas, c'est-à-dire gratuitement", commente la jeune femme en étalant fièrement une liasse de tickets d'entrée autoroutiers non utilisés.

L'extrait du reportage d'Envoyé Spécial :

Trahie par sa voiture. On apprend également dans le reportage qu'elle habite près de Narbonne et emprunte régulièrement l'autoroute A9, à hauteur de Sigean, dans l'Aude. La couleur et la marque de son véhicule sont également communiquées. Autant d'éléments qui permettent aux enquêteurs de l'identifier. Ces derniers ont également été aidés par la société d'autoroute qui leur a fourni des informations recueillies grâce aux données informatiques et autres images de vidéosurveillance.

73 infractions au total. "Nous avons été gênés que cette jeune femme fasse l’apologie de la fraude", a déclaré Fara Ndoye, commandant de l’escadron de sécurité routière de l’Aude. "En visionnant cette émission, nous avons identifié les barrières de péages de notre secteur. (…) Il y a 73 infractions constatées entre juillet 2012 et janvier 2013", a précisé Fara Ndoye. La conductrice et son compagnon encourent une amende de 400 euros, une peine de prison avec sursis et une confiscation de leur véhicule.