Ardèche : mis en examen pour viol

  • A
  • A
Ardèche : mis en examen pour viol
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'homme avait auparavant reconnu 5 agressions sexuelles, dont celle d'une fillette dans un camping.

Le suspect qui a reconnu avoir agressé sexuellement une fillette de 11 ans dans le camping de Saint-Didier-sous-Aubenas en Ardèche a été mis en examen dimanche, notamment pour viol sur mineur, a indiqué le parquet d'Avignon.

L'individu, décrit comme un pervers, avait été arrêté vendredi puis avait reconnu l'agression de la fillette, plus quatre autres agressions "de même nature" dans le département. Il avait été transféré à Avignon dimanche pour être entendu par un juge d'instruction.

Placé sous mandat de dépôt criminel

Il a été mis en examen en fin d'après-midi pour les "chefs de viol sur mineure de moins de 15 ans, agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans, tentative d'agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans et agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans ayant entraîné une blessure ou une mutilation", a précisé dans un communiqué le vice-procureur d'Avignon, Olivier Couvignou.

Une information judiciaire pour les mêmes chefs a été ouverte dimanche après "cinq dépôts de plaintes se rapportant à des agressions à caractère sexuel survenues nuitamment entre la fin juin et le 8 août 2012. "Conformément aux réquisitions du parquet et à la saisine du juge d'instruction, le mis en examen a été placé sous mandat de dépôt criminel en fin de journée par le juge des libertés et de la détention (JLD)", précise la même source.

Selon les informations d'Europe 1, cet homme de 32 ans a déjà été condamné pour une agression sexuelle en 2000. Il avait écopé d’une peine de prison d'un an avec sursis et d’une mise à l’épreuve de 3 ans, période au cours de laquelle il n’avait pas récidivé. Il est, depuis, inscrit au Fichier des empreintes génétiques (Fnaeg).

Le dossier transféré au parquet d'Avignon

Le suspect est arrivé dimanche après-midi au tribunal d'Avignon, escorté par des gendarmes. Menotté et le haut du corps caché sous une couverture marine, il est arrivé à bord d'une voiture banalisée de la gendarmerie et a pénétré dans le tribunal par l'arrière du bâtiment. Des documents et un ordinateur, vraisemblablement saisis à son domicile, ont été sortis d'une autre voiture.

Le parquet de Privas avait informé que "compte-tenu de la nature criminelle des faits",  il se dessaisissait de l'affaire, au profit de celui d'Avignon, "compétent pour la juridiction pôle de l'instruction". Lors de sa garde-à-vue, le carreleur de 32 ans avait reconnu les faits qui lui sont reprochés. "Il y a tout lieu d'être rassuré car les aveux du suspect sont corroborés par d'autres éléments à charge qu'il m'est impossible de révéler" pour les besoins de l'enquête, avait indiqué le procureur de Privas. L'ADN du suspect a notamment été "un élément qui a permis d'identifier cet homme", a indiqué Franck Alzingre.

» Lire aussi : "le profil du suspect se précise"

Cinq agressions sexuelles dans des campings

Le suspect avait été interpellé vendredi soir par les gendarmes, à une dizaine de kilomètres de Privas, où cet homme, divorcé, selon plusieurs sources, vivait seul. Il était activement recherché depuis l'agression sexuelle d'une fillette, dans la nuit du 7 au 8 août, dans ce camping de Saint-Didier-sous-Aubenas, dans le sud de l'Ardèche. L'homme s'était alors introduit dans la tente où dormaient deux fillettes et avait agressé l'une d'elles, avant d'être mis en fuite par les cris des enfants. Les "constatations médicales" ont confirmé l'"agression sexuelle", a-t-il dit. Les deux fillettes étaient en vacances avec leurs oncles et tantes, qui dormaient dans une caravane à quelques mètres de la tente. Les deux fillettes ont toutefois pu dresser un portrait-robot diffusé nationalement et rendu public par le quotidien Le Dauphiné.

Quatre autres viols ou atteintes sexuelles sur des filles de 7 à 13 ans avaient également été signalés ces derniers jours dans les campings du sud de l'Ardèche.