Alsace : un homme écroué pour le meurtre de son locataire, dissimulé dans un fût

  • A
  • A
Alsace : un homme écroué pour le meurtre de son locataire, dissimulé dans un fût
@ OLIVIER MORIN / AFP (illustration)
Partagez sur :

L'homme a usurpé l'identité de son locataire pendant plus de trois ans, pour ouvrir des comptes et même payer ses impôts. 

Il aurait usurpé son identité pendant plus de trois ans. Un homme de 50 ans a été mis en examen et écroué jeudi à Strasbourg, soupçonné d'avoir tué son locataire, dissimulé son cadavre dans un fût, ont annoncé le parquet et les enquêteurs. Le corps de la victime, un maçon né en 1981 dont on était sans nouvelles depuis la mi-2012, a été retrouvé mardi par les gendarmes dans un fût entreposé dans une cabane de jardin au domicile du suspect, à Dettwiller, dans le Bas-Rhin, a précisé lors d'une conférence de presse le procureur adjoint de Strasbourg, Laurent Guy.

Meurtre, escroquerie et séquestration. Le suspect, Eugène Satori, a reconnu avoir "porté des coups" mortels lors d'une dispute avec son locataire, à qui il louait un appartement voisin de son domicile. Il est soupçonné d'avoir ensuite utilisé son identité pour travailler sur des chantiers, alors que sous son vrai nom il percevait une pension d'invalidité, situation incompatible avec un travail salarié. Il a été mis en examen pour "meurtre", "escroquerie", ainsi que pour "séquestration avec actes de torture et de barbarie" - un chef de poursuite qui reste à confirmer durant l'instruction, et notamment en fonction des résultats de l'autopsie, selon le parquet. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Il passait d'une identité à l'autre. L'homme, décrit comme un "manipulateur", "très violent" à la personnalité "inquiétante", mais qui n'avait pas d'antécédent judiciaire, pouvait passer avec une "aisance impressionnante" d'une identité à l'autre, selon le colonel Hubert Charvet, commandant la section de recherche de la gendarmerie à Strasbourg. En utilisant le nom de sa victime, il avait notamment "ouvert des comptes" et même "payait ses impôts", a précisé le gendarme. La victime, qui avait "coupé les ponts avec sa famille depuis plusieurs années", n'a plus été vue depuis la mi-2012, mais c'est seulement en avril 2015 qu'un habitant du village a signalé sa disparition à la gendarmerie. Les enquêteurs se demandent désormais pourquoi le suspect a conservé le cadavre près de son domicile, plutôt que de s'en débarrasser "par exemple sous une dalle de béton".