Affaire Troadec : les ADN des 4 membres de la famille retrouvés sur les restes humains

  • A
  • A
Affaire Troadec : les ADN des 4 membres de la famille retrouvés sur les restes humains
Les restes humains ont été trouvés autour de la ferme d'Hubert Caouissin, dans le Finistère. @ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

Le procureur de Nantes a annoncé que les ADN de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec avaient été retrouvés sur les restes humains découverts autour de la ferme de leur meurtrier présumé.

Les ADN des quatre membres de la famille Troadec, disparue mi-février à Orvault, en Loire-Atlantique, ont été retrouvés sur les fragments humains découverts il y a près de deux semaines dans la ferme de leur assassin présumé, à Pont-de-Buis, dans le Finistère, a annoncé mardi le procureur de Nantes.

Des restes découverts début mars. "Les analyses ADN réalisées sur les corps retrouvés à Pont-de-Buis ont permis d'identifier Pascal Troadec, Brigitte Troadec, Sébastien Troadec et Charlotte Troadec", écrit le procureur Pierre Sennès dans un bref communiqué. Ces restes humains avaient été découverts les 8 et 9 mars lors de fouilles au domicile d'Hubert Caouissin, beau-frère de Pascal Troadec, au surlendemain de sa mise en examen pour "assassinats" et "atteinte à l'intégrité d'un cadavre". 

De nombreuses traces de sang. Interpellé le 5 mars, il était passé aux aveux en garde à vue, reconnaissant avoir tué les époux Troadec, tous deux âgés de 49 ans, et leurs deux enfants, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans, dans leur pavillon de la banlieue de Nantes, et les avoir démembrés. De nombreuses traces de sang appartenant aux parents et à leur fils Sébastien avaient été découvertes par les enquêteurs dans le pavillon d'Orvault. Seul le sang de Charlotte n'avait pas été décelé.

Un héritage comme mobile. Hubert Caouissin, principal suspect dans cette affaire, a avancé devant les enquêteurs un mobile lié à un supposé héritage de pièces d'or mal partagé, entre sa compagne, Lydie Troadec, également mise en examen dans le dossier, et son beau-frère Pascal. Deux juges d'instruction sont saisis depuis le 27 février d'une information judiciaire, ouverte initialement contre X des chefs d'"homicides involontaires, enlèvements et séquestrations".