Affaire des frais de bouche : nouveau non-lieu pour Baylet

  • A
  • A
Affaire des frais de bouche : nouveau non-lieu pour Baylet
@ Reuters
Partagez sur :

Le président du Parti radical de gauche (PRG) et ex-sénateur a bénéficié d'un nouveau non-lieu, mettant fin à toute procédure judiciaire le concernant.

Jean-Michel Baylet peut souffler. Le président du Parti radical de gauche (PRG) et ex-sénateur a bénéficié d'un nouveau non-lieu, mettant fin à toute procédure judiciaire le concernant. Il était inquiété dans l'enquête sur les marchés de frais de bouche au Conseil général du Tarn-et-Garonne. Dans cette affaire remontant à 2004, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux a confirmé la décision de non-lieu rendue le 4 juin, mais contre laquelle le parquet avait fait appel.

Fin de toutes les poursuites judiciaires, sauf si... A moins d'un pourvoi en cassation du parquet général, cette décision permet à Jean-Michel Baylet de refermer le dernier dossier judiciaire le concernant. Ce dernier avait déjà bénéficié d'un non-lieu et d'une relaxe dans deux autres affaires également liées à ses fonctions au Conseil général du Tarn-et-Garonne.

"Mon honnêteté et ma probité sont reconnues". "Après trois dénonciations et huit ans d'instruction, mon honnêteté et ma probité sont reconnues, puisque les trois affaires se concluent par deux non-lieux et une relaxe", a réagi Jean-Michel Baylet. "J'en suis très heureux, mais que de temps perdu et de souffrance endurée..." a-t-il poursuivi.

Son avocat s'est dit "très heureux" de cette décision, "mais cela fait huit ans que l'on a empoisonné la vie de mon client". "J'ai rarement vu autant d'appels du parquet, le mot acharnement n'est pas trop fort", a-t-il ajouté.