Accident de car scolaire dans le Doubs : le chauffeur déféré cet après-midi

  • A
  • A
Accident de car scolaire dans le Doubs : le chauffeur déféré cet après-midi
Le car après l'accident dans le Doubds.@ AFP
1 partage

Le chauffeur du car scolaire accidenté mercredi dans le Doubs va être présenté au parquet à 14h.

Le conducteur du car scolaire qui s'est renversé mercredi matin près de Montbenoît, dans le Doubs, tuant deux adolescents et faisant 7 blessés légers, devait être déféré jeudi après-midi au parquet de Besançon, a-t-on appris de source judiciaire.

Présentation au parquet cet après-midi. Le chauffeur va être présenté à l'instruction du parquet bisontin à 14h, a-t-on indiqué de même source. Agé de 25 ans, le conducteur avait été légèrement blessé dans l'accident et brièvement hospitalisé mercredi avant d'être placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête préliminaire du parquet pour "homicides et blessures involontaires". Choqué, il n'avait dans un premier temps pu être entendu par les enquêteurs.

Deux morts. Les tests d'alcool et de stupéfiants se sont révélés négatifs. Originaire de Marseille, il avait obtenu son permis chauffeur en 2015 et travaillait depuis décembre dans la société de transport. Le car, qui transportait 32 enfants, se rendait au collège Lucie-Aubrac dans la commune de Doubs, non loin de Pontarlier, à quelques kilomètres de la frontière suisse. Pour une raison inconnue, le véhicule de transport scolaire avait quitté la chaussée, couverte de deux centimètres de neige et s'était couché sur le flanc. Deux collégiens, une fille de 15 ans et un garçon de 12 ans, ont été tués dans l'accident qui a aussi fait 7 blessés légers.

Causes encore à déterminer. Mauvaises conditions météorologiques ou une possible vitesse inadaptée au regard de la météo : les enquêteurs cherchaient jeudi à établir les causes du drame au lendemain de l'accident. "Il y a probablement des circonstances atmosphériques, peut-être une question de vitesse, mais cela l'enquête le dira", avait déclaré mercredi le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, qui s'était rendu sur place.