Accalmie à Tourcoing, après quatre nuits de violences

  • A
  • A
Accalmie à Tourcoing, après quatre nuits de violences
Les forces de l'ordre dans le quartier La Bourgogne, à Tourcoing, en proie à de violents affrontements depuis le 1er juin 2015.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Après quatre nuits d'affrontements, la soirée de vendredi à samedi a été marquée par un apaisement, à Tourcoing, dans le Nord. 

La nuit de vendredi à samedi, marquée par une accalmie après quatre nuits de violences, a été émaillée de quelques incendies de voitures mais sans confrontation entre forces de l'ordre et jeunes de quartiers populaires, à Tourcoing. C'est la première fois que les tensions semblent s'apaiser depuis la mort, lundi, du passager d'un véhicule accidenté après avoir refusé de s'arrêter lors d'un contrôle de police. 

Nette baisse des violences. La préfecture du Nord a rapporté un unique feu de voiture et "aucun incident", tandis que les pompiers ont indiqué être intervenus pour six feux de voiture et quatre de détritus à Tourcoing et à Roubaix. Cela constitue un net reflux des violences après quatre nuits marquées notamment par de nombreuses voitures brûlées et des jets de pierre contre les CRS, soldés par une trentaine d'interpellations et trois premières condamnations, dont deux à de la prison ferme, vendredi.

La décision d'un juge des enfants de Lille concernant trois mineurs déférés vendredi n'était pas encore connue. Le parquet a demandé leur placement sous contrôle judiciaire avec l'interdiction de reparaître sur le lieu des affrontements et de sortir de leur domicile "au-delà d'une certaine heure".

La mort d'un jeune à l'origine des échauffourées. Les violences avaient éclaté après la mort, dans la nuit de dimanche à lundi, dans le quartier de La Bourgogne d'un jeune de 19 ans, passager d'un véhicule qui a refusé de s'arrêter lors d'un contrôle de police et a percuté un arbre. Durant les quatre nuits consécutives au drame, plus d'une cinquantaine de véhicules et de poubelles ont été incendiées, six véhicules de police et deux bus ont été dégradés et de violents affrontements ont eu lieu entre les CRS et les jeunes de ce quartier. 

Samedi, malgré ce retour au calme, la préfecture a précisé avoir maintenu le dispositif de sécurité déployé dans les quartiers populaires de Tourcoing, fort de 150 policiers et gendarmes appuyés par un hélicoptère.