Abdelkader Merah refuse d'être un "bouc émissaire"

  • A
  • A
Abdelkader Merah refuse d'être un "bouc émissaire"
Abdelkader Merah réfute "tous les chefs d'accusation portés contre lui", a ajouté l'avocate.@ Max PPP
Partagez sur :

Après sa mise en examen, son avocate a affirmé qu'il "condamnait" les actes commis par son frère.

Il nie fermement avoir été complice de son frère Mohamed, le "tueur au scooter". Abdelkader Merah "condamne" ses actes et ne souhaite pas être un "bouc émissaire", a assuré dimanche son avocate, Me Anne Sophie Laguens. Au terme de quatre jours de garde à vue, il a été mis en examen dimanche, pour complicité d'assassinats, association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme, et vol en réunion. Il a été écroué.

Alors qu'une source proches de l'enquête affirmait qu'il était "fier" de l'action de son frère, son avocate a voulu couper court à la polémique. "Il n'est pas du tout fier des actes de son frère comme ça a été dit un peu partout dans la presse", a-t-elle affirmé au palais de justice de Paris.

"Il réfute avoir été au courant"

Abdelkader Merah réfute "tous les chefs d'accusation portés contre lui", a ajouté l'avocate qui a été commise d'office dimanche matin pour assurer sa défense. "Il réfute avoir été au courant des actes que comptait faire son frère. Il est très ferme sur ce sujet", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur l'état d'esprit de son client, Me Laguens l'a décrit comme "paisible, calme"."C'est quelqu'un de très réfléchi, de très raisonné", a-t-elle poursuivi. "On a beaucoup discuté puisqu'il n'a pas été déféré tout de suite, (...) c'est quelqu'un qui a une réflexion approfondie, qui a beaucoup lu." "Il tient aussi à ce qu'il n'y ait pas trop d'amalgames qui soient vite faits entre sa vision à lui des choses et ce qu'a fait son frère", a-t-elle précisé, tout en se refusant à s'étendre "pour l'instant" sur la version de son client. "L'instruction est en cours et je ne trouve pas ça très intelligent pour l'instant d'en parler", a-t-elle poursuivi. Elle devrait revoir Abdelkader Merah dans la semaine qui vient.

"En raison de l'émoi"

L'avocate a également indiqué que son client "s'attendait" à être placé en détention provisoire. S'il a été écroué, c'est "notamment en raison des éléments et de l'enquête mais aussi en raison de l'émoi de la population et pour le protéger lui". "Il a compris qu'il y a beaucoup d'émoi à l'extérieur", a-t-elle confié.

Me Laguens plaide pour qu'on ne déplace pas "le procès qu'on aurait aimé faire à Mohamed Merah sur lui parce que c'est le seul qu'on ait en ce moment. C'est un peu l'impression qu'il a aujourd'hui, tout en étant conscient de la gravité des choses", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a rappelé qu'Abdelkader Merah avait subi "quatre jours de garde à vue et la mort de son frère", mais elle a indiqué qu'il était "soulagé" de savoir sa mère et sa compagne libres.