La mobilité de l'avenir

  • A
  • A
La mobilité de l'avenir
Partagez sur :

VOITURE QUI ROULE AMASSE DE L’ÉLECTRICITÉ ! (COLAS – ROUTE SOLAIRE)
Rarement une innovation en matière de BTP a suscité un tel intérêt dans l'Hexagone, mais après tout, c'est une première mondiale et elle est française. Colas vient de lancer le premier chantier de sa route solaire. Fruit de cinq ans de recherches conjointes de Colas et de l'Institut national de l'énergie solaire, Wattway, c'est son nom - se présente sous la forme de dalles dotées de cellules photovoltaïques et recouvertes de résine assez résistante pour supporter la circulation de poids lourds de 13 tonnes par essieu. Des connecteurs transfèrent l'électricité produite par Wattway directement à des points de consommation (réverbère, feux de signalisation, etc.) ou à un système de transport ou de stockage d'énergie. D'après les estimations de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), quatre mètres de route Wattway (soit 20 mètres carrés) suffisent aux besoins d'un foyer en électricité (hors chauffage), 15 mètres carrés alimentent les feux d'un carrefour et un kilomètre de route peut éclairer une ville de 5.000 habitants. Ségolène Royal, la ministre de l'Energie, a promis de dédier 5 millions d'euros de subventions étatiques pour tester l'innovation sur de petites surfaces d'abord, puis plus importantes, jusqu'à aboutir à 1.000 kilomètres de routes solaires dans cinq ans. (source : Les Échos)

VERS LA VOITURE CONNECTÉE ? (VALÉO)
Valéo,  l’un des plus gros équipementiers du monde, est le numéro 2 mondial de la voiture connectée.    Ses équipes ont mis au point un prototype technologique, capable de rouler de façon automatisée en conditions réelles de circulation. Valeo Cruise4U accomplit toutes les opérations de conduite du  véhicule, la direction, l’accélération, le freinage, sur route ou en ville, en toute sécurité. C’est sa capacité à scanner son environnement en temps réel et à traiter immédiatement les données acquises qui permettent à   Valeo Cruise4U de proposer une sécurité inégalée. Valeo associe ainsi caméra, radar et laser LiDAR (Light Detection And Ranging) pour voir de 10 centimètres à plus de 200 mètres ce que l’œil humain ne peut pas détecter en totalité. Ces trois capteurs transmettent les informations à un puissant logiciel de calcul qui génère la bonne prise de décision. Autre innovation : Driver monitoring, la caméra, intégrée dans la planche de bord, tournée vers le visage du conducteur, s’assure de son niveau d’attention, de jour comme de nuit. Le système Driver monitoring de Valeo est capable : 1 - de transmettre des alertes au conducteur en cas d’endormissement ou de distraction ; 2 - d’identifier le conducteur, ce qui présente un niveau de sécurité supplémentaire par rapport aux systèmes d’accès par clé ou par badge ; 3 - de s’assurer à chaque instant que le conducteur est effectivement en état de reprendre le contrôle du véhicule avant de basculer vers le mode de conduite manuel, fonctionnalité indispensable dans le cas des véhicules partiellement automatisés etc… (source : entreprise)

ET SI L’AVENIR ÉTAIT LA VOITURE À HYDROGÈNE ? (AIR LIQUIDE)
La voiture à hydrogène est un véhicule qui a les avantages de la voiture électrique sans les inconvénients. Il est possible de faire 600 km sans recharger la batterie. Lorsque c’est nécessaire, la recharge ne dure que 3 minutes. Ces véhicules n'émettent aucun gaz à effet de serre. Comment ça marche ? Dans une pile à combustible embarquée dans le véhicule, de l’hydrogène se mélange à de l'oxygène ce qui produit l'électricité qui permet au véhicule de rouler. A l'arrivée, le système ne rejette que de la vapeur d'eau. Problème : le prix reste encore très dissuasif : aux alentours de 65 000 euros. Des stations de recharge commencent à être installées comme à Paris où une compagnie de taxi n'utilise que des véhicules à hydrogène. La Poste teste quant à elle des voitures et des vélos roulant à l’hydrogène. Et d'ici 2018, cent stations devraient voir le jour avec des emplois à la clé. La filière avance la création de 10.000 postes dans les 10 ans qui viennent.

VERS UN TAXI VOLANT ? (AIRBUS)
Airbus a dévoilé son projet de taxi volant sans pilote, baptisé CityAirbus. Les premiers prototypes pourraient être testés d’ici la fin 2017. Dans un premier temps, le CityAirbus sera mis en œuvre en tant que véhicule piloté ; mais à terme, les appareils seront développés pour des vols sans pilote. Le CityAirbus ressemble à un drone géant capable de transporter des passagers à bord : ces derniers arriveraient dans un aéroport et réserveraient une place sur l’un de ces CityAirbus en attente. Pour un montant similaire à celui d’une course de taxi, ils arriveraient à destination quelques minutes plus tard en évitant tous les embouteillages. Selon les concepteurs du projet, l’utilisation de ces moyens techniques permettra de soulager de manière significative la situation du trafic dans les régions métropolitaines, ainsi que de faciliter le déplacement des personnes en ville, entre les aéroports et les centres-villes. (source : entreprise)

CERTAINS PRENDRONT LE TÉLÉPHÉRIQUE ! (VILLE DE BREST POUR LE TÉLÉPHÉRIQUE)
Les téléphériques vont survoler nos villes. La première cabine du téléphérique de Brest vient d’être mise en service. Les projets de ce type de transport se multiplient en France. Déjà utilisé à Medellin, Rio de Janeiro ou New York, le téléphérique urbain de Brest est le premier à voir le jour en France avant ceux de Toulouse, Orléans, Créteil ou Grenoble (celui reliant la colline de la Bastille ayant une vocation touristique) Le téléphérique peut passer par des endroits inaccessibles à des Tramways ou des bus. Le téléphérique d'Orléans doit être le prochain à se concrétiser, fin 2018. (source : Le Figaro)