Une crue de la Seine pourrait fragiliser tout le pays

  • A
  • A
Une crue de la Seine pourrait fragiliser tout le pays
"Il semblerait que les protections (contre les crues de la Seine) ne soient pas au niveau des standards d'autres pays de l'OCDE comparables, notamment en Europe", tranche un rapport de l'OCDE.@ MAXPPP
Partagez sur :

SOUS L'EAU - Une crue comme l'a connue la Seine il y a cent ans pourrait faire perdre 3% de PIB et impacter 5 millions de personnes.

Que se passerait-il si la Seine débordait comme il y a cent ans ? Selon un vaste rapport de l'OCDE présenté vendredi et qu'a pu consulter Europe1, l'agglomération parisienne est loin d'être prête. Et tout le pays pourrait en pâtir.

La "centennale". Rappelez-vous, en 1910, le fleuve avait atteint son record de 8,62 mètres et la décrue avait duré près de deux mois, forçant même les députés à se déplacer en barques. Or, cent ans après, le scénario pourrait tout à fait se répéter, selon les experts. La crue de 1910 porte d'ailleurs le nom "centennale", car la fréquence d'une telle crue  est estimée à une tous les cent ans.

 

zonesinondables1

© OCDE


 

Paris "pas au niveau". Or, "il semblerait que les protections ne soient pas au niveau des standards d'autres pays de l'OCDE comparables, notamment Europe", tranche le rapport de l'OCDE. En effet, selon l'organisation, l'absence d'une crue d'ampleur pendant des décennies a anesthésié la mémoire collective. Et la vulnérabilité de l'agglomération parisienne n'a cessé de s'accroitre, à cause de la construction ces dernières années, le long du fleuve, de nombreux sièges d'entreprises et de nombreuses zones d'activité et infrastructures (transport, énergie, communication etc.).

Constructions auxquelles il fait ajouter pas moins de 1.500 hectares d'habitations en zone inondables qui ont vu le jour ces 20 dernières années. Or, "moins de 40 % des communes concernées ont développé un plan de sauvegarde et peu de travaux de réduction de la vulnérabilité sont entrepris", a constaté l'OCDE.

Cinq millions de franciliens touchés. Résultat : une crue majeure aurait un impact majeur. Pour les Franciliens, d'abord. Dans le scénario le plus noir de l'OCDE, 5 millions d'habitants seraient en effet affectés. Pas moins d'1,5 millions d'entre eux se verraient privés d'électricité. Les transports collectifs seraient réduits de moitié, avec 140 kilomètres de ligne fermés sur 250. La circulation routière serait chaotique, et la totalité des ponts de Paris seraient impraticable (sauf les deux du périphérique)! Enfin, 5 millions de personnes se verraient privé d'eau, et 1,3 millions auraient une qualité d'eau dégradée.

zonesinondables2

© OCDE

Jusqu'à 400.000 emplois affectés. Et l'impact dépasserait largement le cadre de l'île de France. En affectant les principaux lieux de décisions économiques et politiques, une crue centennale provoquerait des dommages estimés par l'OCDE entre 3 et 30 milliards d'euros. Et sur cinq ans, l'impact sur le PIB serait compris entre 0,1 et 3%... ce qui ferait, aujourd'hui, tout simplement replonger la France dans une profonde récession.

Ce qu'il faut faire pour éviter ça. L'OCDE formule plusieurs recommandations pour éviter un scénario catastrophe. D'abord, il faudrait revoir la gouvernance, trop fragmentée, en créant un organisme qui aurait une vision d'ensemble des risques et des infrastructures. Il faudrait également effectuer un profond travail de pédagogie auprès des communes et des entreprises, notamment les PME, trop peu équipée en cas de crue.

Enfin, l'OCDE encourage fortement à revoir l'efficacité des équipements de protection en amont de l'agglomération parisienne. En actionnant les quatre seuls barrages des lacs réservoirs situés à 150 kms en amont de Paris ne permettraient, aujourd'hui, que de réduire les dommages directs de moitié.

sur le même sujet, sujet,

A ECOUTER - 20 janvier 1910 : la crue de la Seine

ZOOM - La crue de la Seine "est inévitable"