La guerre du cochon est relancée

  • A
  • A
La guerre du cochon est relancée
@ MAXPPP
Partagez sur :

Agriculteurs et écologistes bretons s’opposent sur les normes d’élevage des porcs.

Les agriculteurs bretons sont montés au front mercredi et ont manifesté devant la préfecture d'Ille-et-Vilaine pour réclamer un allégement de leur "surcharge administrative". Ils défendent en effet des amendements à la Loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche (LMAP) permettant l'assouplissement des normes en matière d'élevage. Des mesures adoptées par les députés en commission, et étudiées à l’Assemblée nationale jeudi, qui suscitent la colère des écologistes, inquiets d'une recrudescence des algues vertes.

La polémique a commencé à se développer à la suite d'un amendement adopté par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale le 16 juin et présenté par le député UMP breton Marc Le Fur. Il propose en effet d'alléger la réglementation applicable aux installations ou extensions d'élevages en relevant le seuil, de 2.000 porcs contre 450 actuellement, à partir duquel une porcherie doit réaliser une étude d’impact.

Les écologistes vent de bout

Cet amendement a provoqué la colère des écologistes qui ont dénoncé une initiative en contradiction avec la volonté affichée de lutter contre les algues vertes et la voie ouverte vers une intensification de l’élevage de porc en Bretagne. Un collectif d'associations hostiles à cet amendement a adressé un courrier aux parlementaires pour souligner les conséquences néfastes à ses yeux de ce texte. Ils ont aussi déposé des algues vertes samedi matin à Lamballe devant la permanence de Marc Le Fur en brandissant des pancartes : "Plus de porcs = plus de pollution" ou "Pour l'eau, une autre agriculture".

Le gouvernement tente un compromis

Le texte sera étudié à l’Assemblée nationale jeudi en fin d’après-midi. Le gouvernement devrait présenter un amendement de compromis. Le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, s'est en effet opposé mardi à l’amendement de Marc Le Fur. Il veut "trouver un compromis entre les exigences environnementales et la nécessité d'améliorer la compétitivité des éleveurs de porcs en Bretagne comme ailleurs".