Portrait-robot d’un Smicard

  • A
  • A
Portrait-robot d’un Smicard
@ MAXPPP
Partagez sur :

De nombreux Français vivent avec 1.100 euros par mois. Combien sont-ils ? Comment vivent-ils ?

Si les recommandations des experts chargés du dossier sont suivies, le Smic ne devrait pas bénéficier de coup de pouce le 1er janvier, date de sa révision annuelle. Il ne sera donc bonifié que de 1,6%, c’est-à-dire le minimum légal lié au niveau moyen de l’inflation. L’heure de travail franchira quand même pour la 1ère fois le seuil des 9 euros brut.

Europe 1 est allé à la rencontre de Karim, un chauffeur livreur âgé de 30 ans qui vit avec 1076 euros net par mois. Tous les jours, il prend le train depuis Amiens pour aller travailler à Paris, quittant son domicile vers 8 heures pour n’y revenir qu’après minuit. Presque quatre heures de transport par jour pour un emploi qui lui permet à peine de boucler ses fins de mois.

10% des salariés au Smic

Karim fait partie des 10% de salariés français qui gagnent le Smic. Lors de la dernière revalorisation du salaire minimum, le 1er janvier 2010, les statisticiens ont en effet comptabilisé 2 millions 300.000 smicards.

Le Smicard est très souvent un salarié avec un faible niveau de qualification qui travaille à temps partiel, plutôt dans une petite entreprise, principalement dans le secteur du commerce ou des services. Ce profil-type est plus menacé par le chômage qu’un salarié gagnant mieux sa vie, d’autant que les Smicards sont souvent employés en CDD ou en Intérim.

"En fin de mois c’est difficile"

Plus que son emploi, c'est son niveau de revenu qui préoccupe Karim. “Heureusement, le loyer n’est pas cher, avec les aides on ne paye que 180 euros. On vit au jour le jour, on ne peut pas se permettre beaucoup de chose. Il faut faire attention à tout, en fin de mois c’est difficile“, témoigne Karim, qui doit faire vivre sa femme et sa fille.

“Il faut savoir qu’il n’y a pas de vacances. L’année dernière, j’ai pris mes vacances : je suis resté à Amiens cinq semaines, cela fait 3 ans que je n’ai pas revu ma mère“, poursuit-il, avant d’ajouter : “Je ne comprends pas comment ils laissent les gens toucher 1.100 euros, célibataire, j’aurai fait plusieurs boulots à la fois“.

Les femmes, plus souvent “scotchées“ au Smic

Fort heureusement, le Smic reste pour beaucoup une situation temporaire. 46% des personnes qui démarrent au Smic ne sont plus au même niveau de rémunération un an et demi plus tard, selon les experts qui ont remis cette semaine un rapport sur le salaire minimum.

Mais pour 38% des Smicards, c’est le statuquo pendant cinq ans en moyenne. Au-delà, ce sont entre 5 et 8% des salariés qui restent bloqués au niveau du revenu minimum, principalement des femmes. Les hommes jeunes et qui travaillent à temps plein, de préférence dans une grande ou une moyenne entreprise, sont ceux qui ont le plus de chance de rapidement quitter ce niveau de rémunération.