Le CV anonyme permet de "passer les barrages" à l’embauche

  • A
  • A
Le CV anonyme permet de  "passer les barrages" à l’embauche
Dominique Sopo, président de SOS racisme@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 10 JUILLET - Une loi de 2006 instaurait le CV anonyme, sans nom, photo ou adresse. Toujours pas appliquée, le Conseil d’Etat somme le gouvernement de mettre en place les décrets d’application dans les six mois.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Jeudi 10 juillet, vous avez été 51% à faire "Votre choix d’actu"  sur les CV anonymes. Le but de cette loi de 2006 est de lutter contre les discriminations : l’employeur choisit les candidats uniquement en fonction de leurs expériences professionnelles et de leurs formations, sans avoir accès à leur photo, noms ou adresses. Dominique Sopo, président de SOS racisme expliquait dans Europe midi – Votre journal en quoi rendre anonymes les CV est "une bonne idée".



CV anonyme: "urgent d'attendre"?par Europe1fr

Une loi non-appliquée. Dominique Sopo trouve "stupéfiant" que la loi de 2006 ne soit toujours pas appliquée. "Il est toujours urgent d’attendre dès lors qu’il s’agit de lutter contre les discriminations" regrette-t-il, déplorant "les blocages de notre pays" sur ces sujets.

Recruter à son image. Selon le président de SOS racisme, même si le CV anonyme "n’est pas une solution magique", il "permet de corriger" les discriminations à l’embauche "qui sont des faits scientifiquement prouvés". Il souligne que ces discriminations sont souvent le résultat de "l’inconscient" qui pousse les patrons à "recruter à leur image". Jusqu’à maintenant, les recruteurs "éliminent les CV qui ne correspondent pas au profil" inconsciemment fixé.

Dominique Sopo explique que grâce au CV anonyme, les candidats pourront "passer ces barrages" et "accéder aux entretiens d’embauche". Le patron, quant à lui, sera "confronté à ses préjugés".