SNCF : 1.100 postes vont être supprimés en 2015

  • A
  • A
SNCF : 1.100 postes vont être supprimés en 2015
@ MIGUEL MEDINA / AFP
Partagez sur :

La compagnie ferroviaire a annoncé un millier de suppressions de postes dans son budget pour cette année.

Plus d'un millier de suppressions de postes à la SNCF sont prévues dans le projet de budget 2015, présenté mercredi au comité central d'entreprise, selon plusieurs sources syndicales. Selon l'Unsa et la CFDT, les membres du CCE ont "voté unanimement contre" le projet de budget qui doit être soumis jeudi au conseil d'administration.

Mais diminution des effectifs ne signifie pas forcement économie sur la masse salariale. Selon l'Unsa, ce budget prévoit une augmentation du budget alloué à la masse salariale de "+1,9% en 2015, après +2,6% l'an dernier". En clair, les effectifs baissent mais les salaires augmentent.

>> LIRE AUSSI - Ce que prévoit la réforme ferroviaire

Des créations de postes pour le réseau. Il s'agit du premier budget de la SNCF post-réforme ferroviaire, c'est à dire depuis que ce budget réunit les effectifs de la SNCF et de Réseau Ferré de France, le gestionnaire du réseau dont elle était séparée depuis 1997. Dans le détail, SNCF Mobilités, l'opérateur ferroviaire, et l'établissement de tête perdront en 2015 environ 1.600 postes et SNCF Réseau, en charge de l'infrastructure, en gagnera 500. Soit une balance négative d'environ 1.100 postes (-0,7%) en effectifs budgétaires moyens nets (sur 148.985 temps plein budgétés estimés fin 2014).

>> LIRE AUSSI - Tarifs SNCF : que peut y faire Ségolène Royal ?

Vers une "dégradation du service". "C'est un budget d'austérité, qui clairement ne permet pas d'assumer les ambitions", a commenté Roger Dillenseger (Unsa). Selon lui, les suppressions annoncées dans la branche chargée du transport vont "entraîner une dégradation du service". "Dans une période où il y a de réelles attentes d'amélioration de la part des usagers, on réduit les moyens", s'indigne-t-il. Son collègue Rémi Aufrère, représentant CFDT au CCE, dénonce un "budget difficile, très contraint, ne répondant pas aux enjeux".