"Un attentat toutes les quatre heures depuis seize ans"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Vincent Hervouët vous parle international est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

Seize ans après l’attaque du 11 septembre, Al Qaida a été éclipsé par Daech mais les spécialistes prédisent le retour en force de l’organisation terroriste.

Pas de bougie pour cet anniversaire, pas de peluche non plus, et pas d’oranges pour le Français Zacharias Moussaoui, le 20° pirate qui termine sa vie lamentable, absolument seul dans les oubliettes fédérales du Colorado. Ce lundi matin, on fait les comptes. 2001 est l’année zéro. Auparavant, il y avait eu d’autres attentats aveugles menés par des fous de Dieu, la France a imaginé Vigipirate dans les années 90 quand des terroristes algériens voulaient l’obliger à changer de politique étrangère. Mais le 11 septembre, il n’y a pas de chantage, juste la haine de l’Occident en mondio-vision. Les deux tours, le Pentagone, ce sont les trois coups et le rideau se lève sur le djihad mondial.

Qui n’a plus cessé de se développer

Les comptes. On met à part, les centaines de milliers de morts en Syrie et en Irak. Dans le reste du monde, qu’il soit musulman ou non, depuis 2001, le djihadisme, c’est six attentats par jour en moyenne. Un toutes les quatre heures, tous les jours et toutes les nuits. Toutes les quatre heures depuis seize ans.

Cette saignée permanente a fait combien de victimes ?

A peu près 190.000 morts. 90 pays sont concernés, c’est la moitié du monde. Et d’abord, le Nigeria, le Pakistan, l’Afghanistan évidemment. Dans l’absolu, ce n’est pas énorme si on compare aux guerres ordinaires. Au Soudan du sud depuis trois ans, la guerre civile a fait sans doute autant de victimes mais il n’y a plus personne pour les regarder mourir. En revanche, la guerre terroriste est un spectacle mondial et ses morts saignent à notre porte, sur le paillasson. 

On a beau mettre la tête dans le sable, le fantôme de Ben Laden occupe les esprits. Et sa victoire posthume, c’est que le harcèlement terroriste, ça marche, l’ultra violence terroriste est entrée dans nos vies.  Non seulement, partout, les libertés ont été rognées et les budgets de sécurité ont explosé. Mais le fondamentalisme se répand. En France, le nombre de radicalisés, appelons les comme cela, aurait triplé en trois ans.  La France - encore - pays d’où proviennent le plus grand nombre de djihadistes européens qui sont allés s’enrôler en Syrie.

Justement, la fin annoncée de Daech/l’Etat Islamique qui a perdu Mossoul, bientôt Raqqa, va-t-elle profiter a son rival Al Qaida ?

Pari gagnant… Le califat d’Abou Bakr al Bagdadi était voué à l’échec : se tailler un territoire et déclarer la guerre au reste du monde, c’était contradictoire. Ça restera comme une utopie. Al Qaida en revanche a de beaux restes, des réseaux actifs en Afghanistan, des filières, des franchises en plein essor au Sahel, aux Philippines, en Somalie, au Yémen, dans le Caucase, sans oublier en Syrie, Tarir Al Sham, l’ancien front al Nosra qui espère récupérer les soldats perdus de Daech. Et surtout, il y a l’héritier, le produit d’appel, Hamza Ben Laden, le troisième fils, les deux aînés ont été éliminés par les Américains. Il a été adoubé par Zawihiri, le co-fondateur d’Al Qaida. Il a 28 ans, un nom, la haine au cœur. Le 11 septembre continue.