Le Hezbollah a gagné la guerre en Syrie, un vrai défi pour les Israéliens

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Vincent Hervouët vous parle international est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

"La guerre en Syrie est terminée, nous l’avons gagnée, il n’y a plus que quelques batailles éparses " C'est la déclaration faite hier par le Hezbollah.

C’est le cri de victoire poussé par son chef, Hassan Nasrallah. Facon de parler, parce que personne ne l’a entendu crier, c’est Al Akbar, le journal du parti qui rapporte cette déclaration lapidaire. D’ailleurs Nasrallah pousse peu de cris, ce n’est pas Erdogan ou Kadhafi, il a la componction des hommes en turban. De toute façon, s’il pousse des cris, personne ne les entendra, ils seront étouffés par l’épaisseur du blindage qui le tient à l’abri des malveillants. Hassan Nasrallah est sans doute l’homme le plus menacé au monde, il vit reclus, on le voit en vidéo, on ne le touche pas, on ne l’approche plus. Il est l’ennemi public numéro 1 des Israéliens. Avoir sa tête les vengerait de la guerre ratée qu’ils lui ont fait en 2006.

La Syrie, c’est donc une nouvelle guerre gagnée par le Hezbollah.

La quatrième au moins. Les fous de Dieu ont gagné la première contre les Occidentaux qu’ils ont forcé à abandonner Beyrouth, ils ont gagné ensuite contre les sunnites et les chrétiens du printemps libanais, ils ont tenu face à Israël qui ne s’y attendait pas. En Syrie, enfin, ils ont écrasé les djihadistes, à Alep, à Homs, à Damas. La semaine dernière, ils ont enfoncé le dernier clou dans le cercueil du califat en atteignant Deir Ezzor. Enfin, ils  viennent de reprendre le contrôle de la route qui mène à l’Euphrate et à l’Irak.

Que va faire le Hezbollah de cette victoire ?

Préparer la prochaine guerre. Le Proche Orient est toujours entre-deux guerres, quand il n’est pas en plein dedans.  Le Hezbollah a eu des pertes, peut être deux mille morts, beaucoup de blessés. Il faut le temps de récupérer. Son armée est structurée, 45.000 hommes. Dont cinq à dix mille combattants qui se sont aguerris en Syrie au contact des Russes et des forces spéciales iraniennes. Et peut-être 100.000 missiles et obus, dix fois plus qu’en 2006 et beaucoup plus précis. De quoi submerger le dôme de fer, le système anti-missile qui protège les civils israéliens.

Qu’est-ce que fait Israël ?

Israël se prépare aussi. Son armée manœuvre cette semaine au nord près de la frontière libanaise, ce sont les exercices les plus importants depuis vingt ans. Le message est clair comme un obus au phosphore. Le prochain round sera beaucoup destructeur qu’en 2006. Et l’Etat libanais qui a laissé croitre le Hezbollah sera dans la cible.