La paix fragile en Colombie

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Vincent Hervouët vous parle international est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

Avec le voyage du pape Francois en Colombie, on réalise que le processus de paix est fragile et pénible…

Il y a un proverbe américain qui dit que la guerre fait les voleurs et que la paix les fait pendre. C’est une vision puritaine. Elle est optimiste. La réalité est plus amère. D’habitude, les profiteurs de guerre, profitent encore plus de la paix. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils abandonnent leur fusil. Pour les désarmer, on les dédommage. Il faut beaucoup d’argent. Et ça coûte encore plus de leur garantir l’impunité.

C’est ainsi que s’est terminé la guerre civile qui a ravagé pendant trois générations la Colombie. La semaine dernière, les Forces armées révolutionnaires de Colombie sont devenues la Force alternative révolutionnaire de la commune. Les Farc sont devenus la Farc, c’est toujours le même jargon communiste, on nie avoir été vaincus par l’histoire, les grandes oreilles américaines et les hélico BlackHawks de l’armée colombienne. La plus vieille guérilla du continent est devenue un parti légal. Avec des parlementaires, des financements publics, des privilèges. En prime, il y aura aussi la bénédiction du Pape François.

Qui dort ce matin à Bogota et qui va rester jusqu’à dimanche en Colombie…

Le pape argentin est a été l’un des artisans de l’accord de paix. Pardon, "des" accords de paix. Il y en a eu un premier, négocié pendant quatre ans à Cuba et pour lequel l’efficace diplomatie vaticane a mobilisé ses réseaux. Accord signé, Allelulia, référendum dans la foulée, c’était il y a un an et patatras, on se croirait en Europe, le peuple qui dit "non". Non, pas d’accord pour l’immunité, pour que des assassins soient éligibles et que l’argent sale de la guérilla finance leur campagne. Dans ces cas, qu’est ce qu’on fait ? En Colombie comme en France, on amende le traité et on le fait voter par le parlement. C’est passé comme une lettre piégée à la poste et le Pape s’est personnellement investi pour que ça marche…

Il vient cueillir ses lauriers à Bogota ?

Il vient arracher les épines. Il va appeler les Colombiens à la réconciliation. Slogan du voyage : faisons le premier pas. Autrement dit, pardonne. C’est un défi spirituel. Ce n’est pas facile de donner son pardon, quand on ne vous demande pas pardon. Quand 200 à 300.000 morts réclament justice. Sans compter toutes les vies brisées, 8 millions d’habitants qui ont fui leurs maisons, le narcotrafic… Evidemment, on préfère la paix dans la justice. C’est hors de portée de la Colombie. 

C’est un pays catholique, le Pape peut s’y faire entendre

C’est aussi un pays corrompu, habitué à la violence, et en plein développement. C’est un pays de culture chrétienne mais où on a célébré le mariage la semaine dernière de trois homosexuels. Mais c’est vrai, il y a des miracles : l’autre guérilla d’extrême gauche, l’armée de libération nationale a décidé de déposer les armes pour fêter la venue du pape… L’Eln avait été fondée par un prêtre, adepte de la théologie de la libération. Dieu reconnaîtra les siens, le pape aussi…