Brexit : la Grande Bretagne toujours plus dans le chaos

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Vincent Hervouët vous parle international est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Sébastien Krebs traite d’un sujet international.

Sébastien Krebs remplace Vincent Hervouët du mercredi 1er novembre au vendredi 3 novembre 2017.

L'International et en Grande Bretagne, décidément les difficultés s'accumulent pour Theresa May, en pleines négociations sur le Brexit !

Et cette fois, c'est le Parlement britannique qui se rebiffe contre Madame Prime Minister !!!

On sait Theresa May déjà affaiblie, y compris dans son camp et bien, cela ne va pas arranger ses quintes de toux.

Une motion déposée par l'opposition travailliste, minoritaire, a finalement été votée contre son gouvernement. Même la presse londonienne ironise sur le spectacle de cour de récré qu'ont donné les députés, ces derniers jours.

Mais le sujet est brûlant. Ce qui est en cause, c'est toute une série de documents, que les ministres gardent bien précieusement dans leur tiroir depuis des mois, des études d'impact chiffrant les conséquences économiques du Brexit sur 58 secteurs, quasi toute l’Économie comme l'Agriculture, le Commerce, l'aérospatial ou le tourisme.

Des études dont personne ne connait les conclusions, et que les députés britanniques veulent consulter. Refus catégorique du gouvernement, qui affirme que cela est trop sensible, et que les rendre publics risquerait d'affaiblir sa position dans les négociations avec l'Europe.

Alors les Parlementaires ont sorti la grosse artillerie, une procédure typiquement British et rarissime, mais très à la mode au 18e siècle, et qui leur permet d'en appeler directement à la Reine ! "Nous demandons gracieusement à sa Majesté de donner la consigne au gouvernement de publier ces documents", dit le texte voté, tout cela est demandé très poliment.

Ça veut dire que le gouvernement n'a plus le choix ?

On ne dit pas NON à la Reine et d'ailleurs l'équipe de Theresa May a tout de suite rendu les armes. Le Ministre du Brexit a promis d'être "aussi transparent que possible" avec les parlementaires, mais tout en veillant à garantir tout de même la confidentialité de ces données. Ce qui laisse penser que tout ne sera pas rendu public ou que le contenu sera peut-être édulcoré.

De toute façon, "il ne s'agit pas du tout d'un plan secret pour le Brexit", dit le gouvernement, juste de considérations réglementaires, pas grand-chose en somme. Mais alors pourquoi tenter à ce point de le cacher ?

Pour éviter peut-être, de devoir reconnaitre que la Grande Bretagne risque gros si aucun accord n'est trouvé avec l'Europe, car des chiffres il y en a, des études aussi. Dernière en date, il y a quelques jours : celle de Rabobank qui est alarmante.

La banque estime qu'un Brexit sans accord couterait 400 milliards de livres au Royaume Uni en 10 ans. Ça fait 13.000 euros par habitant et 18% du PIB. Même avec un deal, le pays n'échapperait pas à au moins deux ans de récession.

Mais ce nouveau couac prouve surtout que Theresa May n'a plus la confiance du Parlement dans ces négociations, menées depuis le départ de façon plus que chaotique. Son gouvernement lui-même est profondément divisé. Rien n'avance et pourtant l'horloge tourne.