Journée mondiale de la prématurité : de quoi parle-t-on ?

  • A
  • A
La question santé est une chronique de l'émission Debout les copains !
Partagez sur :

Malgré les progrès de la réanimation néo-natale, certains enfants nés prématurés gardent des séquelles à vie.

Chaque année en France, 60.000 bébés naissent prématurément, c'est à dire avant le huitième mois de grossesse. Vendredi 17 novembre, à l'occasion de la Journée mondiale de la Prématurité, l'association SOS Préma publie sur Facebook une vidéo pour sensibiliser le grand publique à cette problématique.

50% des naissances prématurées médicalement déclenchées. La prématurité est une naissance avant la 37ème semaine d'aménorrhée. Le problème c'est que les organes ne sont pas toujours prêts a affronter la vie extra-utérine. Si 50% de ces naissances prématurées sont spontanées, déclenchées par des contractions précoces et une rupture prématurée des membranes, l'autre moitié recoupe des naissances provoquées par le corps médical, soit pour sauver le fœtus, soit pour sauver la mère dans certains cas d'hyper-tension artérielle, et en particulier la pré-éclampsie.

Trois catégorie de prématurité. Des progrès fabuleux ont été faits pour protéger l'immaturité des organes, rappelle SOS Préma. L'enjeux majeur, c'est de protéger le cerveau qui est l'organe le plus immature. Il y a plusieurs niveaux de prématurité : la prématurité moyenne (entre sept et huit mois de grossesse), la grande prématurité (avant sept mois) et la très grande prématurité (avant six mois de grossesse). En général, la limite de viabilité du bébé se situe vers cinq mois.

Malgré les progrès de la réanimation néo-natale, des séquelles sont encore à craindre puisque chaque année 2.900 enfants nés prématurés seront porteurs d'un handicap et 12.000 garderont un retard de développement, selon SOS Préma.