Paroles d'étrangers sur la campagne

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Paroles de Français est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, les équipes d'Europe 1 donnent la parole aux Français concernant les différents sujets de l'actualité.

Parole de Français, ou plutôt paroles de ressortissants étrangers. Ce matin, avec vous Caroline Philippe. Bonjour,on donne la parole non pas à des français, mais à des étrangers qui vivent en France depuis plusieurs années. Ils ne vont pas voter pour cette élection présidentielle. Mais ça ne les empêche pas de suivre cette campagne. Et Caroline, les avis sont divisés.

Oui, d’un côté il y a les optimistes, comme Jason, jeune entrepreneur américain. Il est admiratif devant les français qui prennent autant au sérieux leur devoir électoral. Aux USA, il y a seulement deux partis, très puissants, les républicains, et les démocrates. Chacun se range derrière le sien sans vraiment réfléchir.

Une autre chose le fascine : qu’on puisse créer un nouveau parti comme l’a fait Emmanuel Macron. Aux USA, c’est totalement impossible.

Pour Trévor, britannique installé en Bretagne depuis plus de 20 ans, la campagne n’est pas si mauvaise, ce qui pose problème c’est plutôt l’état d’esprit des français.

On est peut être déprimés, mais pour d’autres ressortissants Caroline, cette campagne présidentielle n’est pas à la hauteur.

Non, pour Corinna qui est allemande, les affaires polluent cette campagne. C’est tout simplement inimaginable dans son pays. 

Tous les ressortissants étrangers que vous avez rencontrés partagent une inquiétude.

Oui, tous ont une crainte : voir Marine Le Pen l’emporter au second tour, Corinna que vous venez d’entendre, me dit qu’elle quittera la France. Francois, lui qui est né au Portugal, et vit en France depuis 1968, est atterré devant la montée de l’extrême droite.

Et même si les avis divergent sur cette campagne, tous aimeraient voter, prendre part au débat. L’un d’eux m’a glissé avec une pointe d’humour : "les Français aiment mes impôts, pas mon vote".